Les Hospices de Beaune – Hôpital de luxe pour les pauvres dès le 15e siècle

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Quand on parle des Hospices de Beaune, on pense en premier aux toitures de tuiles vernissées multicolores de l’ancien hôpital de la petite ville de Beaune et ensuite aux domaines viticoles bourguignons de la côte de Beaune qui s’y rattachent ou qui l’entourent et qui produisent des vins rouges  grands crus comme le Pommard ou le Meursault. le Corton ou le Montrachet.

Les Français ont l’habitude de parler des Hospices de Beaune mais à l’époque on disait  l’Hôtel Dieu, comme tous les hôpitaux construits alors et qui étaient destinés à soigner les plus pauvres.  Petite particularité, à Beaune, c’était  chic ! C’était  un hôpital de luxe pour des gens sans argent. Rare !

Un chancellier des Ducs de Bourgogne, Nicolas Rolin (~1376-1462), décida en 1443 de construire un hôpital luxueux pour les malades pauvres afin d’expier ses fautes (1). Quelles fautes, on ne sait pas vraiment, sans doute y en avait-il beaucoup ? 🙂

Nicolas RolinExtrait du texte fondateur des Hospices de Beaune par Nicolas Rolin : « Moi, Nicolas Rolin, chevalier, citoyen d’Autun, seigneur d’Authume et chancelier de Bourgogne, en ce jour de dimanche, le 4 du mois d’août, en l’an de Seigneur 1443… dans l’intérêt de mon salut, désireux d’échanger contre des biens célestes, les biens temporels… je fonde, et dote irrévocablement en la ville de Beaune, un hôpital pour les pauvres malades, avec une chapelle, en l’honneur de Dieu et de sa glorieuse mère… »

À l’intérieur, on trouve une grande salle avec 28 lits à colonnes disposés exactement comme au 15e siècle, le long du mur. Le luxe à Beaune était de mettre seulement deux malades dans un seul lit alors qu’à l’Hôtel Dieu de Paris ou Lyon par exemple, les malades étaient au nombre de six dans un seul lit. On en mettait trois à la tête et trois aux pieds du lit.


Une médaille d’or a été décernée par la SFHH (Société Française d’Histoire des Hôpitaux) en 2014 au livre “Histoire des Hospices de Beaune” écrit par deux historiens, Marie-Thérèse Berthier et John Thomas Sweeney.

Dans la salle de repos, les malades avaient la possibilité de contempler la scène du jugement dernier sur un beau retable commandé par Nicolas Rolin au peintre flamand Rogier van der Weyden. Le moment pour eux de faire le point sur les bonnes et mauvaises actions qu’ils avaient pu faire dans leur vie.

Livre des signatures Hospices de Beaune

Toutes les archives de l’hôpital ont été conservées ainsi qu’un précieux document bien gardé que les touristes ne peuvent pas voir. Il s’agit du Livre d’or où des personnes de sang royal (Louis XIV par exemple), des présidents de la république française ou bien des célébrités ont apposé leur signature. Des siècles de l’histoire de France.

L’hôpital a fermé ses portes en 1971 et depuis c’est 400 000 visiteurs qui viennent de France et du monde entier voir ce monument (et déguster les vins de Bourgogne aussi 😉 ).

(1) – “expier” – “réparer”

 

L’accent du côté de Toulouse

C’est un des accents du “Midi” comme on dit. C’est un accent chantant mais différent des autres villes comme Lyon, Bordeaux, Marseille ou Nice.

https://youtu.be/zXT7diONJ4Q

TLT – TéléToulouse
Chaque semaine à la Reynerie l’Association T-O-7 propose ses Cafés Savoirs. La semaine dernière l’accent toulousain était au coeur du débat. Certains en ont honte, d’autres en sont fiers mais d’où vient-il vraiment ?

– L’accent toulousain c’est la musique d’une langue dont on aurait oublié les paroles. Ces paroles c’est quoi ? C’est la langue occitane. Donc on parle français avec une langue occitane. C’est pas la loi du sang, c’est vraiment la loi du sol.

Si le sujet peut paraître cocasse, il attise pourtant les débats.

– L’accent est attribué à l’occitan.
– Il n’y en a plus trop (d’accent) voire il n’y en a plus du tout ou alors, on ne sait plus les identifier.

L’accent toulousain a pourtant bien des particularités.

– Il (le Toulousain) prononcera toutes les syllabes. Il ne roulera plus le “r” comme le disait Claude Nougaro dans la fameuse chanson “Toulouse”. Il aura une accentuation sur les mots, pas seulement une accentuation de phrase. Donc il dira “la pe-ti-te fi-lle va à l’école” et non pas “la p’tite fille va à l’école” avec un seul accent.

Qu’il laisse rêveur ou qu’il fasse sourire, une chose est sûre l’accent toulousain fait voyager.

– Il est chantant, il est gai et puis comme on me disait quand j’habitais Tours “Parle-nous, ça nous rappelle les vacances”.

Ci-dessous une célèbre chanson sur la ville de Toulouse par  un non moins  célèbre chanteur/compositeur/interprète Claude Nougaro “Toulouse”. Les paroles de la chanson sont sous la vidéo !


Qu’il est loin mon pays, qu’il est loin
Parfois au fond de moi se raniment
L’eau verte du canal du Midi
Et la brique rouge des Minimes
Ô mon païs, ô Toulouse…

Je reprends l’avenue vers l’école
Mon cartable est bourré de coups de poing
Ici, si tu cognes tu gagnes
Ici, même les mémés aiment la castagne
Ô mon païs, ô Toulouse…

Un torrent de cailloux roule dans ton accent
Ta violence bouillonne jusque dans tes violettes
On se traite de con à peine qu’on se traite
Il y a de l’orage dans l’air et pourtant
L’église Saint Sernin illumine le soir
D’une fleur de corail que le soleil arrose
C’est peut être pour ça malgré ton rouge et noir
C’est peut être pour ça qu’on te dit ville rose
Je revois ton pavé ô ma cité gasconne
Ton trottoir éventré sur les tuyaux du gaz
Est ce l’Espagne en toi qui pousse un peu sa corne
Ou serait-ce dans tes tripes une bulle de jazz ?
Voici le Capitole, j’y arrête mes pas
Les ténors enrhumés tremblaient sous leurs ventouses
J’entends encore l’écho de la voix de papa
C’était en ce temps-là mon seul chanteur de blues

Aujourd’hui tes buildings grimpent haut
À Blagnac tes avions ronflent gros
Si l’un me ramène sur cette ville
Pourrai-je encore y revoir ma pincée de tuiles
Ô mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse…

L’accent alsacien – Région d’Alsace


C’est peut-être à cause de ça que j’ai commencé à boire. Tout seul, sans qu’on me force. Et là aussi j’ai eu des problèmes. Ils ont commencé un soir quand je suis rentré avec ma voiture. D’un coup, je l’ai vu devant moi dans le faisceau de mes phares.  Le grand Schtroumpf (1) là-bas habillé tout en bleu avec son képi sur la tête.

J’ai mis le clignotant à gauche, je me suis rangé sur le côté, j’ai tiré le frein à main. J’ai monté le pantalon.  J’ai coupé le moteur. J’ai ouvert la vitre. Il s’est approché de moi, il m’a dit :

– Bonsoir monsieur,  gendarmerie nationale.

Alors moi, j’ai voulu être poli, tu sais. J’ai dit :

– Bonsieur monsieur Citroën (2) à cause des trucs qu’il avait là sur la manche.

– C’est un contrôle d’alcoolémie, vous avez bu ?

J’ai dit  :

– Pourquoi ? Vous vouliez être avec nous hein ?

– Qu’est-ce que vous avez bu ?

– Oh ! Calme ! J’étais à Muntzenheim faire une petite fête avec les copains. On a préparé un jumelage (3). Alors, on a d’abord pris l’apéritif, on a pris cinq amer (4)…chacun, oui, chacun ! Après, ils nous ont amené l’entrée, le poisson. On a bu trois bouteilles de riesling (5), chacun, oui oui chacun. Après comme on fait un jumelage avec le Calvados (6) et que le Calvados il nous avait envoyé des échantillons, on a fait un trou normand  et achtung (7) le trou normand, le trou de la Sécu (6) c’est rien du tout à côté. Après, avec la viande, on a bu quatre bouteille de bordeaux… chacun, oui oui, chacun. Moi, avec le fromage, j’ai fini le bordeaux. Au dessert, il y avait mousse au kirsch  ou baba au rhum (8) j’ai pris les deux. Et avec le café, j’ai fini le calvados.

Puis il sort un ballon, il me le donne et il me dit :

– On va vérifier ça.

– Qu’est-ce qu’il y a ? Vous ne me croyez pas hein ? C’est vexant !

Il me dit :

– Soufflez !

J’ai pris le ballon et j’ai soufflé dedans. Et la voiture s’est illuminée de l’intérieur. Une espèce de couleur vert fluo. Je me suis dit si maintenant je souffle encore une fois, je vais voir passer le Pape en vélo. Après, ils m’ont emmené à la gendarmerie. Moi je croyais que c’était pour faire voir la couleur du ballon aux copains. C’était pour faire un autre test électronique. J’ai dit :

– Pas de problème

J’ai pris le tuyau, ça clignotait encore en rouge comme ça. 2,85 grammes que j’avais. Alors j’ai regardé le gendarme et je lui ai dit :

– Alors tu chantes pas “il est des nôtres…”

Il n’a pas aimé ! Après, ils m’ont emmené à l’hôpital, regarde je le vois encore, pour faire une prise de sang. Là-bas, quand ils ont vu mon taux de gamma-GT, ils ont cru que c’était mon numéro de sécurité sociale. Et après, ils m’ont de nouveau ramené à la gendarmerie et toute la nuit j’ai dormi dans la prison.

Et le lendemain matin, ils m’ont relâché. Bon, maintenant, je n’ai plus de permis  mais, amis viticulteurs soyez rassurés, je bois encore.

Et tout ça, soi-disant, parce qu’ils m’ont posé des questions et je n’ai pas répondu juste. Ils m’ont dit :

– Non mais attendez monsieur, quand on vous a arrêté hier soir, vous aviez donc la radio allumée dans la voiture.

J’ai dit :

– Oui

Il m’a dit :

– Vous n’avez pas entendu le message d’alerte qui disait qu’il y en avait un qui roulait à gauche sur l’autoroute ?

Et moi, comme un idiot j’ai répondu :

– Quoi ? Un ? Des centaines j’ai croisés moi !

♦♦

(1) Schtroumpf“Les schtroumpfs”  c’était tout d’abord une bande dessinée belge créée par Peyo en 1958. Les histoires de schtroumpfs sont toujours d’actualité, on peut même les voir en dessins animés. (voir les vidéos sur YouTube ici)

(2)

 Grade Sous-Lieutenant1  Grade de sous-lieutenant
 Sigle Citroën Sigle de la marque de voiture Citroën

(3) Un jumelage est une sorte de relation d’amitié entre deux villes ou deux villages. Par exemple, les jumelages de la ville de Nancy ici !

(4) Les gens de l’Est et du Nord de la France boivent bien souvent de la bière avec de l’Amer Picon (on appelle ça “un picon-bière” ou “picon” tout simplement). C’est un alcool à base de zestes d’orange, de quinquina et de gentiane.

(5) Les vignes d’Alsace produisent plusieurs vins très connus : le riesling, le gewürztraminer, le pinot, le sylvaner.

(6) Le calvados est un alcool obtenu à partir du cidre et c’est aussi un département, le Calvados dans la région de Normandie. On dit aussi “un calva”.

(7) Lors de grandes réceptions, souvent assez longues, on peut vous proposer un “trou normand” c’est-à-dire de boire un peu d’alcool fort comme le calvados qui est censée faciliter la digestion et redonner de l’appétit aux convives pour la suite du repas !

Achtung ! = en allemand cela signifie “attention”

(8) Le kirsch est un alcool obtenu à partir de cerises et le baba au rhum est un petit gâteau rond imprégné de rhum.

Les spécialités médicales

Ci-dessous un tableau des spécialités médicales les plus courantes. Bien sûr, avant d’aller voir un spécialiste on consulte son médecin généraliste qui, s’il ne peut rien pour vous, vous orientera vers un spécialiste.

On retrouve le suffixe -logue pour presque chaque spécialité. Cela vient du grec logos qui signifie étude/science.
On trouve également le suffixe -iatre qui désigne le médecin en grec (iatros)
NOM DU SERVICE SPÉCIALISTE
L’allergologie  Un(e)  allergogue soigne les allergies.
L’angiologie Vient du grec aggeiología (recherche sur les vaisseaux) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) angiologue soigne les problèmes en rapport avec les vaisseaux sanguins (veines, artères) et lymphatiques. Le spécialiste qui ne s’occupe que des veines s’appelle un phlébologue.
La cardiologie Vient du grec kardía (coeur) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) cardiologue est un médecin spécialisé dans les maladies du coeur.Une personne cardiaque est une personne malade du coeur. Le médecin peut décider de faire passer un électrocardiogramme à son patient.
La dermatologie

Vient du grec derma (peau) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) dermatologue (on dit généralement “dermato”) s’occupe de toutes les affections de la peau. En français, on a aussi le terme médical “le derme” qui correspond à l’une des trois couches qui constituent la peau.

On utilise le mot “dermatose” pour désigner toutes sortes de maladie de la peau.

La gastro-entérologie

(Dans les hôpitaux, on dit généralement “la gastro” pour parler du service “il est en gastro au 3ème étage de l’hôpital”)

Vient du grec gaster (ventre, estomac) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) gastro-entérologue soigne les maladies digestives, les patients qui ont des problèmes gastriques, des problèmes au niveau du tube digestif (oesophage, estomac, intestins) du foie et du pancréas.La dernière partie du tube digestif (rectum et anus) est réservé à une discipline qui dépend de la gastro-entérologie : la proctologie -un(e) proctologue-. Tous les hivers, rares sont ceux qui échappent à la gastro-entérite (là aussi on dit “je crois que j’ai une gastro”) qui est une infection du système digestif et qui se manifeste par des vomissements, de la diarrhées et des nausées.
 La gériatrie Vient du grec gerôn (vieillard) et  iatros (médecin)
Un(e) gériatre est un médecin spécialisé dans les soins  à apporter aux personnes âgées et les problèmes spécifiques du vieillissement.
 La gynécologie Vient du grec gyné (femme) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) gynécologue est un spécialiste de l’organisme de la femme et de son appareil génital (contraception, suivi de la grossesse, maladies…)
 L’hématologie Vient du grec haïma (sang) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) hématologue est un médecin qui étudie les problèmes liés au sang.
Un hématome :  poche de sang apparaissant généralement après un choc.
 La néphrologie Vient du grec nephrós  (rein) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) néphrologue est un spécialiste des maladies du rein.  Il ne s’occupe que de l’aspect médical pas chirurgical. Celui qui intervient en chirurgie au  niveau des reins et des voies urinaires est un urologue.
 La neurologie Vient du grec neûron (nerf) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) neurologue est un spécialiste du système nerveux (problème au niveau du cerveau, de la moelle épinière ou des nerfs et terminaisons nerveuses).
 L’ophtalmologiste
(prononcez “oftalmolojiste”)
 Vient du grec ophthalmos (oeil) et logos (-logue = science – discours)
Un ophtalmologiste ou plus couramment “ophtalmo” s’occupe de toutes les pathologies concernant l’oeil. Ainsi, pour porter des lunettes ou des lentilles, on va voir un ophtalmo et ensuite on achète des lunettes ou des lentilles chez un opticien.
L’oto-rhino-laryngologie ou otorhinolaryngologie Vient du grec oto (oreilles) / rhinos (nez) / larynx (larynx) / -logos (-logue = science – discours)

En raccourci, le spécialiste du nez-gorge-oreilles devient un ORL (prononcez toutes les lettres).
 L’orthodontie (prononcez “ortodonssi”) Vient du grec orthos (droit) et odous (dent)
Un(e) orthodontiste corrige les mauvaises positions des dents.
 L’orthopédie  Vient du grec orthos (droit) et paideia (éducation des enfants)
Un orthopédiste corrige les difformités du corps surtout chez les enfants à l’aide d’exercices et d’appareils.
 L’orthophonie Vient du grec orthos (droit) et phônê (voix)
Un(e) orthophoniste soigne les gens qui ont des problèmes en langage oral et écrit et de communication.
 L’ostéopathie Vient du grec osteo (os) et pathos (souffrance)
Un(e) ostéopathe soulage les douleurs des patients par des manipulations manuelles sur le corps et en prenant en compte aussi l’environnement social, professionnel… de la personne.
 La pédiatrie Vient du grec paidos/paîs (enfant) et iotros (médecin) 
Un(e) pédiatre s’occupe des problèmes rencontrés par les enfants.
 La pneumologie Vient du grec pneûma (souffle / respiration) et iotros (médecin) 
Un(e) pneumologue est un spécialiste des bronches et des poumons.
La proctologie Vient du grec prôktos (anus) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) proctologue est un médecin qui soigne les maladies de l’anus et du rectum. La proctologie est une spécialité de la gastro-entérologie.
La phlébologie Vient du grec phlébos (veine) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) phlébologue s’intéresse au traitement des pathologie veineuses.  Une phlébite c’est un caillot de sang dans une veine qui bloque complètement ou partiellement la circulation du sang dans une veine, comme un bouchon.
La psychiatrie Vient du grec psyche (esprit / âme) et iatros (médecin)
Un(e) psychiatre soigne les maladies mentales.
La rhumatologie Vient du grec rheuma (écoulement / flux) et logos (-logue = science – discours)

Un(e) rhumatologue soigne les maladies des os, des articulations, des muscles et des ligaments.

La radiologie Vient du latin radius (rayon) et logos (-logue = science – discours)
Un(e) radiologue fait passer des radios (radiographies) aux patients grâce aux rayons X et autres.
La tabacologie Emprunté à l’espagnol tabaco et logos (-logue=science – discours)
Un médecin tabacologue est nécessaire lorsqu’on a une forte dépendance au tabac et que l’on souhaite arrêter.
L’urologie  Vient du grec oûron (urine) et logos (-logue=science – discours)
Un(e) urologue est un médecin spécialiste des voies urinaires, des reins.