Category Archives: JONGLERIES LINGUISTIQUES

Une anagramme

Retour à la page “jongleries linguistiques”

Anagramme est un nom féminin, une anagramme,  qui vient du grec “ana” et qui signifie “en arrière” et “gramma” qui veut dire “lettre”.

L’anagramme consiste à mélanger les lettres d’un mot ou d’une expression et à trouver un autre mot ou une autre expression en utilisant toutes les lettres.

Par exemple : 

Une “gare” peut devenir la “rage” en déplaçant les lettres.

Le prénom masculin “Romain” devient un autre prénom féminin “Marion”.

Quelques écrivains ont utilisé des pseudonymes sous formes d’anagrammes. Boris Vian est devenu Brisavion, François Rabelais signait certains écrits du nom d’Alcofribas Nasier.

chien       ⇒ niche

atelier     ⇒ réalité

lainage    ⇒ anglaise

soigneur ⇒ guérison

Ci-dessus je vous ai donné quelques exemples mais vous pouvez vous amuser à en chercher d’autres sur ce lien :
JEU D’ANAGRAMMES EN LIGNE 
(Si vous avez des difficultés pour trouver les mots proposés sur le site, cliquez sur “coup de pouce” et vous verrez les lettres apparaître à la bonne place, une par une).

Virelangues ou les phrases à bafouiller

Retour à la page “jongleries linguistiques”

Il y a des phrases ou des associations de mots qui sont plus difficiles à dire que d’autres. Je vous propose donc quelques virelangues. C’est un jeu avec les mots assez amusant car le but est de dire les phrases rapidement. Il faut une bonne prononciation, une bonne articulation et être concentré ! Fou rire garanti !

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.


Exemple : PANIER – PIANO
PANIER PIANO PANIER PIANO PINIER PAINO PENIER PANIO PIANIER PIENO… non je n’y arriverai pas !

Pruneau cru, pruneau cuit (très connu des français…on en arrive à dire …prune au cul…)

Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches ou archisèches (très connu)

Chasser avec ou sans son chien (très connu)

Un chasseur sachant chasser sans son chien est un bon chasseur (très connu)

Trois pommes, trois poires

Version lente trouvée sur You Tube de Gérald Robert

Kiki était cocotte, et Koko concasseur de cacao. Kiki la cocotte aimait beaucoup Koko le concasseur de cacao. Mais Kiki la cocotte convoitait un coquet caraco kaki à col de caracul. Koko le concasseur de cacao ne pouvait offrir à Kiki la cocotte qu’un coquet caraco kaki mais sans col de caracul. Or un marquis caracolant, caduc et cacochyme, conquis par les coquins quinquets de Kiki la cocotte, offrit à Kiki la cocotte un coquet caraco kaki à col de caracul. Quand Koko le concasseur de cacao l’apprit, que Kiki la cocotte avait reçu du marquis caracolant, caduc et cacochyme un coquet caraco kaki à col de caracul, il conclut : je clos mon caquet, je suis cocu ! — (Bernard Haller)

Ci-dessous Une version légèrement différente de celle de l’humoriste Bernard Haller, dite par Odette Jouve (plus rapide et avec l’accent du sud est 🙂 )

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.



Comment faire sécher des jacinthes dans un sachet (il faut faire la liaison “dans zun sachet”)

Dodus les dindons, dis donc !

Sachez mon cher Sacha que Natasha n’attacha pas son chat !

Dino dîna, dit-on, du dos d’un dodu dindon…du dos d’un dodu dindon Dino dîna dit-on.

Il était une fois,

Une marchande de foie,
Qui vendait du foie,
Dans la ville de Foix.
Elle se dit ma foi,
C’est la première fois
Et la dernière fois,
Que je vends du foie,
Dans la ville de Foix.


Un pêcheur pêchait sous un pêcher, le pêcher empêchait le pêcheur de pêcher, le pêcheur coupa le pêcher, le pêcher n’empêcha plus le pêcheur de pêcher. (pêcher = essayer d’attraper un poisson / un pêcher = un arbre fruitier qui donne des pêches)

Trois tortues trottaient sur un trottoir très étroit.

Tonton, ton thé t’a-t-il ôté ta toux ? (tonton = petit mot d’enfant pour dire oncle)

Ta tante t’attend dans ta tente (la tante et l’oncle / attendre / tente : tente de camping)

T’as été à Tahiti ?

Je vais chez ce cher Serge.

Le ver vert va vers le verre vert (le ver = l’animal / vert = la couleur / le verre = pour boire)

Poche plate, plate poche

Il reste treize fraises fraîches

D’autre virelangues sur ce site :
http://michel.buze.perso.neuf.fr/lavache/virelangues.htm

Un acrostiche

Retour à la page “jongleries linguistiques”

Il faut remonter à l’Antiquité (avant le Moyen Âge) pour trouver ces premiers jeux poétiques utilisés par Plaute ou Ennius.  

C’est en 1582 qu’apparaît le mot “acrostiche”. Il n’y a pas de règle, le plus important étant d’arriver à cacher un message à l’intérieur d’un poème.

http://img801.imageshack.us/img801/2425/doubleacrosticheapollin.jpg

↑ Acrostiche + palindrome (on peut lire “Ce repère” dans les deux sens) d’un anonyme en hommage à l’écrivain français Georges Pérec (1936 – 1982)

Un acrostiche est un poème dont les initiales des vers ou quelquefois le premier mot de chaque vers, lus verticalement de haut en bas, composent un mot ou une phrase. Le message qui peut être un mot, une phrase ou bien le nom de l’auteur du poème est ainsi caché. Ici, dans les deux premiers exemples l’intention n’est pas de cacher le mot à deviner.

http://img19.imageshack.us/img19/3060/emeliej.jpg

Acrostiche de Guillaume Apollinaire (écrit vers 1900)

Bien sûr, comme il n’y a pas de règle, on peut compliquer l’exercice en prenant par exemple :

– la première lettre du vers et la dernière lettre de ce même vers
– la première syllabe de chaque mot
– les dernières lettres d’une ligne…

Il paraît (mais ce n’est pas sûr) que l’acrostiche ci-dessous a été envoyé par Alfred de Musset à Georges Sand

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage  
Voulezvous qu’un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d’un cœur
Que pour vous adorer forma le Créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
Avec soin, de mes vers lisez les premiers mots  
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

Réponse de George Sand :
Cette insigne faveur que votre cœur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

ou  

Cette insigne faveur que votre cœur réclame  
Nuit peut être à l’honneur mais répond à ma flamme

J’ai trouvé un site qui propose des acrostiches avec les lettres des prénoms….ou d’autres mots.

Un exemple réalisé par une certaine Elisabeth (voir le site ci-dessus) avec le mot ESPOIR  

Et si l’espoir, il te restait ?
Savoir attendre, c’est un peu dur…
Pourtant, tout germe un jour renaît.
Or et baume seront pour ton coeur pur !
Invite-toi au chevet de la paix,
Reste serein et fixe, droit devant, un autre azur…