Category Archives: PRECISIONS SUR LE LANGAGE

Exil et Exode

⇒ Retour à “Précisions sur la langue française et sa grammaire”

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

L’EXIL

Quelqu’un qui est condamné à l’exil c’est une personne qui est expulsée de son pays, bannie (1) ou déportée pour des motifs souvent politiques. Il se peut qu’elle ne revienne jamais dans sa patrie.

Quelqu’un qui est en exil volontaire c’est une personne qui a choisi de s’exiler, de partir s’installer ailleurs que dans son pays à cause d’un sentiment d’insécurité, de menaces sur lui et sa famille ou bien par exemple pour payer moins d’impôts. C’est ce qu’on appelle l’exil fiscal.

Quelques exemples :

En 1717, Voltaire s’exile en province pour avoir écrit des poèmes satiriques contre le roi.

En 1726, Voltaire insulte le puissant noble Chevalier de Rohan. Il a alors deux options : l’emprisonnement ou l’exil. Il choisit l’exil en Angleterre pendant deux ans.

En 1852, Victor Hugo accuse Louis-Napoléon, futur empereur Napoléon III d’avoir trahi les idées républicaines. Il est recherché par la police et décide de s’exiler avec sa famille et quelques amis en Belgique d’abord, puis sur l’île de Jersey et ensuite sur celle de Guernesey. Son exil durera 20 ans.

De nombreuses personnalités du sport ou du spectacle choisissent l’exil fiscal. Ils souhaitent quitter la France pour trouver un pays plus “accueillant” en matière de prélèvements fiscaux.

L’EXODE

L’Exode avec un “e” majuscule se rapporte à la période d’errance du peuple juif hors d’Égypte. Selon le récit biblique, les Hébreux réduits en esclavage depuis des siècles en Égypte sortent du pays et errent pendant 40 années dans le désert guidés par Moïse  à la recherche de la  Terre Promise.

Chaque guerre entraîne malheureusement l’exode de milliers de gens qui fuient les combats ou l’envahisseur. En 1939, devant l’avancée rapide des armées du IIIe Reich allemand, des milliers de Français de l’est et du nord de la France décident de partir sur les routes vers un hypothétique refuge.

On parle aussi d’exode rural lorsqu’on constate qu’un grand nombre de paysans quittent les campagnes pour habiter la ville et obtenir de meilleures conditions de vie.

 

(1) Être banni(e) / le bannissement

Nationalisme, patriotisme, chauvinisme

⇒ Retour à “Précisions sur la langue française et sa grammaire”

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Patriotisme

“Patriotisme” vient du mot “patrie”, “le pays des pères”, “le pays des ancêtres”. Étymologie, “patrie” trouve son origine dans le latin “pater” (père).

Un patriote est une personne qui est attachée et dévouée à sa patrie. Il aime le pays où il est né, où il a grandi mais sans exagération à l’inverse du  nationaliste plus radical. Si le pays est en danger il devient patriote et est prêt à donner sa vie pour la nation.

Ce terme de “patriote” est né pendant la période révolutionnaire dans les années 1790. Les révolutionnaires se nommaient “patriotes de 89”.

Ce mot rime avec héroïsme et c’est un mot utilisé plus souvent en période de guerre. Le patriote peut devenir un guerrier dans le but de défendre son pays et ses valeurs.

Nationalisme

“Nationalisme” vient du mot “nation”.
Le nationaliste, tout comme le patriote, aime son pays mais il le croit supérieur aux autres nations. Il défend avec force les intérêts nationaux et les valeurs qui ont forgé son pays, son indépendance aussi jusqu’au repli sur soi. Son admiration pour sa patrie est trop exagérée et trop exclusive. Il exalte un peu trop le sentiment national qui quelquefois peut amener au mépris ou au racisme envers les “étrangers” avec un slogan, dans le cas de la France, souvent entendu “La France aux Français”.

Le chauvinisme / être chauvin

Le chauvinisme est une sorte de patriotisme exacerbé. Quelqu’un qui est chauvin est une personne qui a une préférence excessive pour sa patrie, son peuple, sa région, son village… et surtout qui n’a pas de réelle objectivité. Quand le sentiment national ou régional… se transforme en orgueil national, régional… Par exemple, dans le monde du sport et du football les supporters sont souvent chauvins. Leur équipe est forcément la meilleure. Un habitant de Bordeaux défendra sa ville quel que soit le sujet sans objectivité contre un Toulousain (de la ville de Toulouse).

C’est un mot typiquement français dont on ne trouve pas  l’équivalent dans les autres langues systématiquement, ou, s’il existe, il a été créé bien souvent à partir du mot français “chauvin”. Ainsi l’adjectif en anglais est “chauvinist”, en allemand “chauvinistish”, en italien “sciovinista”, en portugais “chauvinista”, en néerlandais “chauvinistisch”.

Son origine vient de Nicolas Chauvin dont on ne sait s’il a vraiment existé ou bien si c’est une légende. C’est un personnage qui aurait servi dans les armées de la Révolution française et ensuite dans la Grande Armée de Napoléon. Héroïque soldat couvert de médailles et de décorations. Vers les années 1820, plusieurs pièces de théâtre l’ont ridiculisé : “Le soldat-laboureur” de Théophile Marion Dumersan en 1822 et “La cocarde tricolore” des frères Cogniard en 1831.

Jacques Arago (1) dans son Dictionnaire de la conversation en 1845, le décrit ainsi : “Soldat à dix-huit ans, il a fait toutes les campagnes (2). Dix-sept blessures, toutes reçues par-devant, trois doigts amputés, une épaule fracturée, un front horriblement mutilé, un sabre d’honneur, un ruban rouge, deux cents francs de pension, voilà le vieux grognard (3) qui se repose au soleil de son pays en attendant qu’une croix de bois protège sa tombe.”

Selon le Dictionnaire de Pierre Larousse (4),  Nicolas Chauvin se faisait remarquer dans les camps par sa grande naïveté et par des sentiments nationaux très exagérés qui faisaient que ses compagnons le tournaient en ridicule. De l’armée, sa réputation gagna la population civile et rapidement le mot “chauvinisme” servit à désigner dans un premier temps l’idolâtrie napoléonienne  et ensuite, plus généralement, toute espèce d’exagération, en politique surtout.

(1) Jacques Arago (1790-1854), géographe, explorateur, romancier français.
(2) “campagnes militaires”
(3) “un grognard” = vieux soldat de l’armée de Napoléon
(4) Pierre Larousse (1817-1875), encyclopédiste, lexicographe et éditeur français.

Fois / Foie / Foi

Retour à la page des Quizz

Voir l’explication de ces trois mots “fois”, “foie” et “foi” sous ce quizz.

Fois, foie et foi sont des homophones. On les prononce de la même manière mais ils n’ont pas la même orthographe ni le même sens.

Fois

Même s’il s’agit d’une seule “fois” il y a toujours un “s” à la fin
Signifie : reprise ou moment
Exemples :
Il a passé son permis deux fois avant de réussir (à deux reprises)
Je n’ai pas le temps maintenant, on ira une autre fois (à un autre moment)

Foie

Oui, le “foie” est un nom masculin mais il y a un “e” à la fin.
Signifie : organe chez l’homme et chez les animaux vertébrés.
Exemple :
Je déteste le foie de veau

Foi

Oui, la “foi” est un nom féminin mais il n’y a pas de “e” à la fin
Signifie : la croyance religieuse ou la confiance
Exemples
Comment garder la foi après une épreuve ? (croyance religieuse)
J’ai foi en l’avenir (j’ai confiance en l’avenir)

 

Refuser – Renoncer – Renier

⇒ Retour à “Précisions sur la langue française et sa grammaire”

Refuser Je refuse de porter ces habits

Ne pas accepter quelque chose qui est  proposé ou offert
par quelqu’un.

– Je refuse d’ouvrir ce cadeau qui me vient de la part
d’une personne hypocrite.
– Il a refusé mon invitation à dîner.
– Elle a refusé mon aide.

Ne pas accepter de faire quelque chose qui est ordonné,
demandé, exigé, prescrit.
– Je refuse de prendre ces médicaments. Ils vont me
rendre plus malade que je ne suis.
– Il refuse de payer 30 euros pour se faire couper les cheveux.
– Nous refusons de payer les réparations.
– Je refuse de me battre.

Refuser = rejeter
– Cette pièce de théâtre a tellement de succès qu’ils
refusent du monde tous les soirs.
– J’ai été admis à l’université mais mon copain a été refusé.

Renier Je te renie

Ne plus reconnaître les liens qui unissent une personne
à une autre, à un groupe de personnes ou à une chose.
Nier leur existence.
– Le père a renié son fils.
– Ils ont renié leur patrie.
– Elle a renié ses parents.

Ne plus reconnaître certaines convictions, certitudes
ou valeurs comme étant les siennes.
– Il a renié ses engagements politiques.
– Elle a renié sa foi.

Renoncer Je renonce à expliquer la sagesse aux hommes

Ne plus revendiquer quelque chose, abandonner un droit sur quelque chose, arrêter de persévérer dans une voie.
– Elle a renoncé à l’héritage de ses parents.
– Je renonce à t’expliquer ! Tu ne m’écoute pas !
– L’homme qui renonça à l’argent (titre d’un livre de Mark Sundeen)

Expressions de la durée dans le temps : depuis – il y a – en – pendant – dans

⇒ Retour à “Précisions sur la langue française et sa grammaire”

Quizz Testez vos connaissances
Faites le  quizz en rapport avec cet article  (30 questions)  Gif-main-animee ICI !

Les prépositions “depuis”, “en”, “pendant” (durant), “dans” et la locution prépositive “il y a” servent à exprimer une durée dans le temps mais s’utilisent chacune différemment.

Depuis

J'attends ce moment depuis longtemps“Depuis” donne une idée de continuité dans le temps. Au moment où on parle l’action ou les effets de l’action continuent encore. 

Exemple :
. Depuis que je marche avec ces chaussures, je n’ai plus mal aux pieds. (après l’achat des chaussures, la personne a constaté qu’elle n’avait plus mal et c’est toujours le cas au moment où elle parle).

. J’ai cette télévision depuis des années et je ne veux pas m’en séparer. (Au moment ou la personne a acheté la télévision jusqu’au moment où elle parle, elle possède toujours cette télévision).

il y a

Il y a quelques annéesCette locution peut se conjuguer : “il y avait” à l’imparfait, “il y aura” au futur, “il y aurait” au conditionnel… “Il y a” indique le temps écoulé à partir d’un moment dans le passé jusqu’au moment moment où la personne s’exprime.

Exemple :
. Il y a un an, j’étais sur un lit d’hôpital.
. Elle est partie il y a dix minutes.

en

Ca va sécher en une heureOn utilise “en” lorsqu’on veut indiquer une durée nécessaire pour accomplir une action. On peut aussi remplacer par “en l’espace de” (espace de temps)

Exemple :
– Il a mangé quatre bananes en une minute !
– En tramway, on va au centre ville en un quart d’heure.

pendant  Je t'ai attendue pendant deux heuresOn utilise “pendant” pour parler d’une période limitée dans le passé et achevée, pour parler d’une période limitée dans le futur, ou bien pour parler d’une période limitée mais de manière plus générale. Exemple :
. Tu suis resté près d’elle pendant quelques heures. (période limitée dans le passé et terminée)
. Vous serez interdit de jeux au Casino pendant cinq ans. (période limitée dans le futur)
. Il part toujours à la mer pendant ses vacances.
dans  On part dans 5 minutesAvec “dans” on se projette dans un futur proche ou plus lointain. On parle de quelque chose qui va avoir lieu.Exemple :
. Dans deux ans, j’aurai mon diplôme en poche.
. Il devrait arriver dans une demi-heure.