Archives de catégorie : VOCABULAIRE COURANT

Signification du verbe « maintenir » (se)

Retour à la page « Vocabulaire courant »

MAINTENIR

Le verbe « maintenir » signifie :

1 – « tenir fixe », « garder dans une position stable », « empêcher de bouger »

– C’est cette poutre qui maintient la charpente.

– Pour utiliser cet appareil, il faut maintenir ces deux boutons enfoncés pendant trois secondes.

  2 – « empêcher de remuer, d’avancer, immobiliser »

– Aidez-moi à  maintenir ce malade, je ne peux pas lui faire sa piqûre !

– Maintenez-le ! J’appelle la police !

3 – « conserver dans le même état »

– Comment va ton père ? Sa santé ?
– Ça se maintient. Il n’y a pas d’évolution significative.

– Et maintenant, vous maintenez les yeux fermés jusqu’à ce que je vous dise de les rouvrir.

4 – « Continuer à affirmer, à soutenir »

– Monsieur le ministre, est-ce que vous maintenez vos accusations contre le président ?

– Je maintiens que j’ai vu un OVNI dans le ciel hier soir !

5 – « Faire durer quelque chose »

– De nouvelles aides ont été octroyées pour maintenir en vie l’entreprise en faillite.

– Dans un livre, sa mère explique comment Vincent lui a demandé de promettre de  ne pas le maintenir en vie s’il lui arrivait quelque chose.

– Il est bien difficile de maintenir la paix dans ce pays !

SE MAINTENIR

Signifie « rester stable, dans le même état, dans la même situation », « durer »

– L’activité physique est essentielle pour se maintenir en bonne santé.

– Le chômage se maintient à un niveau record dans la zone euro.

– Si la tendance se maintient au cours des prochaines années, on peut s’attendre à ce que les températures mondiales s’élèvent de 4 à 6 degrés Celsius à la fin de ce siècle.

 

 

Migrer, immigrer, émigrer, s’expatrier

⇒ Retour à la page « Vocabulaire »

Audio migrer immigrer émigrer s’expatrier

Migration

On parle de migration pour  des humains, des animaux ou des choses. Il s’agit de déplacements soit  d’un pays à un autre, soit  d’une région à une autre ou tout simplement d’un endroit à un autre.

Les flux migratoires ou vagues migratoires ce sont les différents mouvements de population entrant ou sortant d’un pays (immigrés, émigrés) ou bien les déplacements de population à l’intérieur même d’un pays. Par exemple, on parle de la migration estivale des Français qui rejoignent en masse les régions touristiques de France afin de profiter des vacances  d’été.

Mouvements migratoiresClic ↑ pour agrandir l’image
Carte (en espagnol) des mouvements migratoires au XIXe siècle (1)

On connaît aussi les fortes migrations humaines du XIXe siècle (1), particulièrement vers l’Amérique.

Les oiseaux migrent également. On les appelle des oiseaux migrateurs. Ils parcourent des kilomètres pour trouver le meilleur endroit où se reproduire.

On regrette les migrations de capitaux vers des paradis fiscaux.

On panique devant la migration de cellules cancéreuses.

Immigration,
un(e) immigré(e), un(e) immigrant(e)
Immigrer

Ceux qui entrent dans un pays autre que le leur pour s’y établir.

Le verbe immigrer, utilisé depuis  le XVIIIe siècle (1), a été formé à partir du latin « immigrare »  qui signifie « entrer dans un lieu » ou « déplacer vers l’intérieur ».

De nos jours, on nomme « immigrés » les personnes d’origine étrangère qui entrent dans un pays légalement ou illégalement pour trouver du travail, des conditions de vie meilleures que dans leur propre pays, et ce   pour une période assez longue ou définitivement.

On parle d’immigration clandestine quand des étrangers se sont introduits dans un pays afin de s’y installer sans avoir reçu de titre de séjour. Ils deviennent alors des « sans-papiers », terme utilisé par les immigrés eux-mêmes. Aux yeux de l’état, ils restent des clandestins même s’ils sont embauchés par des dirigeants peu scrupuleux qui risquent des peines sévères.

Quelle différence entre un(e) immigré(e) et un(e) immigrant(e) ?

L’immigré(e) est celui ou celle qui est déjà  dans le pays qu’il/elle a choisi pour vivre.

L’immigrant(e) est celui ou celle qui est en train de quitter son pays pour un autre. L’action est en train de se faire. Quand ils arrivent à destination, on parle alors d’immigrés(es). La nuance est assez subtile !

Émigration
Un(e) émigré(e), un(e) émigrant(e)
Émigrer

Ceux qui quittent leur pays pour aller se fixer dans un autre

Le verbe « émigrer » vient du latin « migrare » (« ex = hors de » et « migrare = partir, s’en aller »)

Émigrer c’est l’action de quitter son pays pour des raisons politiques, économiques, fiscales,  religieuses, climatiques… C’est partir de son pays pour peut-être ne jamais revenir. Ce terme « émigré(e) » est apparu dans la langue française dans les premières années de la Révolution française en 1789. Pour les révolutionnaires, ce mot concernait toutes les personnes qui fuyaient la France pour des raisons politiques et bien sûr beaucoup d’entre elles étaient des nobles, riches bourgeois ou religieux.

À la suite d’une terrible famine qui sévit en Irlande dans les années 1846-1848, plusieurs millions d’Irlandais émigrèrent vers l’Amérique pour trouver une vie meilleure.

S’expatrier
Un(e) expatrié(e)  ou encore un(e) expat’

L’origine du mot « expatrié » vient du grec « exo » qui signifie « en dehors de » et « patrida » qui signifie « le pays ».

Il ne faut pas confondre « expatrier quelqu’un » c’est-à-dire « exiler quelqu’un » le faire partir de son pays, obliger quelqu’un à quitter son pays et « s’expatrier » c’est-à-dire décider de quitter sa  patrie pour quelques années afin d’aller vivre dans un autre pays dans le but d’apprendre une langue, d’y travailler, de développer des compétences professionnelles…

Les expatriés sont appelés  aussi « Les Français de l’étranger ». À la différence de l’émigré, son expatriation ne dure quelques années.

Un salarié peut aussi être expatrié pour le compte d’une société française. L’entreprise l’envoie exercer son activité professionnelle à l’étranger et pour une durée limitée.

Ils sont de plus en plus nombreux ces Français, diplôme en poche, à aller vivre dans un autre pays – souvent de même niveau de vie que la France – pour tenter une expérience professionnelle plus enrichissante sur le plan financier comme sur le plan social. C’est une expérience nouvelle !

(1) XVIIIe siècle = 18e siècle // XIXe siècle = 19e siècle
Pour apprendre à lire les chiffres romains, je vous invite à consulter mon article « Les chiffres arabes et les chiffres romains« .

Exil et Exode

Retour à la page « Vocabulaire courant »

Audio Exil ou Exode

L’EXIL

Quelqu’un qui est condamné à l’exil c’est une personne qui est expulsée de son pays, bannie (1) ou déportée pour des motifs souvent politiques. Il se peut qu’elle ne revienne jamais dans sa patrie.

Quelqu’un qui est en exil volontaire c’est une personne qui a choisi de s’exiler, de partir s’installer ailleurs que dans son pays à cause d’un sentiment d’insécurité, de menaces sur lui et sa famille ou bien par exemple pour payer moins d’impôts. C’est ce qu’on appelle l’exil fiscal.

Quelques exemples :

En 1717, Voltaire s’exile en province pour avoir écrit des poèmes satiriques contre le roi.

En 1726, Voltaire insulte le puissant noble Chevalier de Rohan. Il a alors deux options : l’emprisonnement ou l’exil. Il choisit l’exil en Angleterre pendant deux ans.

En 1852, Victor Hugo accuse Louis-Napoléon, futur empereur Napoléon III d’avoir trahi les idées républicaines. Il est recherché par la police et décide de s’exiler avec sa famille et quelques amis en Belgique d’abord, puis sur l’île de Jersey et ensuite sur celle de Guernesey. Son exil durera 20 ans.

De nombreuses personnalités du sport ou du spectacle choisissent l’exil fiscal. Ils souhaitent quitter la France pour trouver un pays plus « accueillant » en matière de prélèvements fiscaux.

L’EXODE

L’Exode avec un « e » majuscule se rapporte à la période d’errance du peuple juif hors d’Égypte. Selon le récit biblique, les Hébreux réduits en esclavage depuis des siècles en Égypte sortent du pays et errent pendant 40 années dans le désert guidés par Moïse  à la recherche de la  Terre Promise.

Chaque guerre entraîne malheureusement l’exode de milliers de gens qui fuient les combats ou l’envahisseur. En 1939, devant l’avancée rapide des armées du IIIe Reich allemand, des milliers de Français de l’est et du nord de la France décident de partir sur les routes vers un hypothétique refuge.

On parle aussi d’exode rural lorsqu’on constate qu’un grand nombre de paysans quittent les campagnes pour habiter la ville et obtenir de meilleures conditions de vie.

 

(1) Être banni(e) / le bannissement

Nationalisme, patriotisme, chauvinisme

⇒ Retour à  la page »Vocabulaire »

Audio Nationalisme Patriotisme Chauvinisme

Patriotisme

« Patriotisme » vient du mot « patrie », « le pays des pères », « le pays des ancêtres ». Étymologie, « patrie » trouve son origine dans le latin « pater » (père).

Un patriote est une personne qui est attachée et dévouée à sa patrie. Il aime le pays où il est né, où il a grandi mais sans exagération à l’inverse du  nationaliste plus radical. Si le pays est en danger il devient patriote et est prêt à donner sa vie pour la nation.

Ce terme de « patriote » est né pendant la période révolutionnaire dans les années 1790. Les révolutionnaires se nommaient « patriotes de 89 ».

Ce mot rime avec héroïsme et c’est un mot utilisé plus souvent en période de guerre. Le patriote peut devenir un guerrier dans le but de défendre son pays et ses valeurs.

Nationalisme

« Nationalisme » vient du mot « nation ».
Le nationaliste, tout comme le patriote, aime son pays mais il le croit supérieur aux autres nations. Il défend avec force les intérêts nationaux et les valeurs qui ont forgé son pays, son indépendance aussi jusqu’au repli sur soi. Son admiration pour sa patrie est trop exagérée et trop exclusive. Il exalte un peu trop le sentiment national qui quelquefois peut amener au mépris ou au racisme envers les « étrangers » avec un slogan, dans le cas de la France, souvent entendu « La France aux Français ».

Le chauvinisme / être chauvin

Le chauvinisme est une sorte de patriotisme exacerbé. Quelqu’un qui est chauvin est une personne qui a une préférence excessive pour sa patrie, son peuple, sa région, son village… et surtout qui n’a pas de réelle objectivité. Quand le sentiment national ou régional… se transforme en orgueil national, régional… Par exemple, dans le monde du sport et du football les supporters sont souvent chauvins. Leur équipe est forcément la meilleure. Un habitant de Bordeaux défendra sa ville quel que soit le sujet sans objectivité contre un Toulousain (de la ville de Toulouse).

C’est un mot typiquement français dont on ne trouve pas  l’équivalent dans les autres langues systématiquement, ou, s’il existe, il a été créé bien souvent à partir du mot français « chauvin ». Ainsi l’adjectif en anglais est « chauvinist », en allemand « chauvinistish », en italien « sciovinista », en portugais « chauvinista », en néerlandais « chauvinistisch ».

Son origine vient de Nicolas Chauvin dont on ne sait s’il a vraiment existé ou bien si c’est une légende. C’est un personnage qui aurait servi dans les armées de la Révolution française et ensuite dans la Grande Armée de Napoléon. Héroïque soldat couvert de médailles et de décorations. Vers les années 1820, plusieurs pièces de théâtre l’ont ridiculisé : « Le soldat-laboureur » de Théophile Marion Dumersan en 1822 et « La cocarde tricolore » des frères Cogniard en 1831.

Jacques Arago (1) dans son Dictionnaire de la conversation en 1845, le décrit ainsi : « Soldat à dix-huit ans, il a fait toutes les campagnes (2). Dix-sept blessures, toutes reçues par-devant, trois doigts amputés, une épaule fracturée, un front horriblement mutilé, un sabre d’honneur, un ruban rouge, deux cents francs de pension, voilà le vieux grognard (3) qui se repose au soleil de son pays en attendant qu’une croix de bois protège sa tombe. »

Selon le Dictionnaire de Pierre Larousse (4),  Nicolas Chauvin se faisait remarquer dans les camps par sa grande naïveté et par des sentiments nationaux très exagérés qui faisaient que ses compagnons le tournaient en ridicule. De l’armée, sa réputation gagna la population civile et rapidement le mot « chauvinisme » servit à désigner dans un premier temps l’idolâtrie napoléonienne  et ensuite, plus généralement, toute espèce d’exagération, en politique surtout.

(1) Jacques Arago (1790-1854), géographe, explorateur, romancier français.
(2) « campagnes militaires »
(3) « un grognard » = vieux soldat de l’armée de Napoléon
(4) Pierre Larousse (1817-1875), encyclopédiste, lexicographe et éditeur français.

Le suffixe -culture (apiculture, ostréiculture…)

Retour à la page « Vocabulaire courant »

Le mot « culture » vient du latin « cultura ». Ce mot peut désigner :

⇒ L’ensemble des connaissances générales acquises par une personne  « Il a beaucoup de culture », « Elle est très cultivée » (l’inverse étant « c’est une personne inculte » = qui ne sait rien)

⇒   L’action de cultiver la terre pour la faire produire.

Le suffixe -culture sert à désigner l’activité. De nombreux autres mots existent (salmoniculture, truitticulture, osiériculture…). Je ne vous donne que ceux qu’on rencontre assez souvent.

L’agriculture

Terme général. Tous les travaux de la terre qui consistent à obtenir une production animale ou végétale.

Un agriculteur
.
Une agricultrice
.
Adjectif : agricole

L’apiculture

Activité qui consiste à élever des abeilles dans des ruches pour récupérer le miel.

 Un apiculteur
.
Une apicultrice
.
Adjectif : apicole

L’aquaculture

(prononcez « acouaculture » – « aqua » en latin signifie « eau »)

Terme général. Production de végétaux (algues) ou d’animaux (poissons, mollusques, crustacés…) dans une eau douce ou marine. Pisciculture, conchyliculture, l’algoculture -culture des algues-…

Un aquaculteur
.
Une aquacultrice
.
Adjectif : aquacole

L’arboriculture

C’est la culture des arbres à fruits ou destinés à l’embellissement des jardins.

 Un arboriculteur
.
Une arboricultrice
.
Adjectif : arboricole

L’aviculture

L’élevage des oiseaux ou des volailles.

Un aviculteur
.
Une avicultrice
.
Adjectif : avicole

La conchyliculture

Terme général Production de coquillages (huîtres, moules, coquilles Saint-Jacques…). Mais, par exemple, l’élevage des huîtres se nomme l’ostréiculture. Celle des moules se nomme la mytiliculture.

Un conchyliculteur
.
Une conchylicultrice
.
Adjection : conchylicole

La cuniculiculture ou cuniculture

(« cuniculus » en latin signifie « lapin »)
L’élevage de lapins.

Un cuniculiculteur
.
Une cuniculicultrice
.
Adjectif : cuniculicole

La floriculture

La culture de fleurs.

 Un floriculteur
.
Une floricultrice
.
Adjectif : floricole

La fruiticulture ou la fruticulture

Un fruiticulteur
.
Une fruiticultrice
.
Adjectif : fruticole

L’horticulture

Terme général qui consiste à cultiver les jardins, les fleurs, les légumes, les arbres fruitiers, les arbustes d’ornement… On englobe donc dans ce terme l’arboriculture, la floriculture, les pépinières d’arbres ou d’arbustes, la serriculture, le paysagisme (création de jardins).

Un horticulteur
.
Une horticultrice
.
Adjectif : horticole

L’inculture

Le manque de culture, de connaissances générales.

Un homme cultivé
Un homme inculte

La motoculture

Terme général. C’est une agriculture réalisée avec des engins motorisés (tracteurs, machines à récolter…)

.
Matériel : Un motoculteur, un tracteur, une machine à vendanger…

La myciculture

La culture des champignons comestibles.

Un myciculteur
.
Une mycicultrice
.
Adjectif : mycicole

La mytiliculture

L’élevage de moules.

Un mytiliculteur
.
Une mytilicultrice
.
Adjectif : mytilicole

L’oléiculture

La culture des plantes oléagineuses, des arbres comme l’olivier qui donnent des fruits avec lesquels on fait de l’huile.

Un oléiculteur
.
Une oléicultrice
.
Adjectif : oléicole

L’ostréiculture

C’est l’élevage des huîtres.

Un ostréiculteur
.
Une ostréicultrice
.
Adjectif : ostréicole

La permaculture

Terme général. C’est de l’agroécologie et une philosophie de vie. Nouvelles méthodes de jardinage respectueuses de la nature et des humains.

Un permaculteur
.
Une permacultrice
.
Adjectif : permacole

La pisciculture

L’élevage des poissons en eau douce ou salée. C’est une des branches de l’aquaculture.

Un pisciculteur
.
Une piscicultrice
.
Adjectif : piscicole

La puériculture

Élever et soigner des enfants en bas âge, dans une crèche par exemple.

Un puériculteur
.
Une puéricultrice
.

La riziculture

La culture du riz.

Un riziculteur
.
Une rizicultrice
.
Adjectif : rizicole

La serriculture

La culture sous serre.

Un serriculteur
.
Une serricultrice
.
Adjectif : serricole

La sylviculture

L’exploitation des forêts.

Un sylviculteur
.
Une sylvicultrice
.
Adjectif : sylvicole

La viniculture

L’élaboration du vin, sa conservation, sa commercialisation
.
Certaines exploitations ont leurs vignes, font leur vin et le commercialisent. On dit que ce sont des viti-viniculteurs. (la viti-viniculture).

Un viniculteur
.
Une vinicultrice
.
Adjectif : vinicole

La viticulture

La culture de la vigne.

 Un viticulteur
.
Une viticultrice
.
Adjectif : viticole