Fabergé et ses oeufs

Pierre Karl Fabergé
(1846 – 1920)
d’origine française, est né à ST-PETERSBOURG en Russie.

 

Il va devenir  le joailler attitré du Tsar Alexandre III en 1885 « fournisseur de la Maison Impériale » et le restera sous Nicolas II.

Il obtient le titre d' »Expert du Cabinet Impérial » en 1890.

Très vite, sa réputation va devenir internationale à la fin du XIXème siècle grâce à sa maîtrise de la matière (or, argent, pierres précieuses), la finesse, l’élégance et l’ingéniosité de ses oeuvres. Beaucoup d’admirateurs étrangers vont s’intéresser à son talent et à  SES OEUFS.

Il reçoit :

. en 1885,  la médaille d’or à l’exposition de Nuremberg.

. en 1888, la médaille d’or à l’exposition de Copenhague

. en 1897, un brevet royal des cours de Suède et de Norvège à l’exposition de Stockholm

. en 1900, la plus haute distinction française « la Croix de la Légion d’honneur » à l’exposition universelle de Paris

Il est surtout connu pour ses oeufs. Il aimait travailler les pierres précieuses.

Un « oeuf de Fabergé » est un oeuf de Pâques en joaillerie, créé par P.K. Fabergé. Le commanditaire décidait de l’aspect extérieur et P.K. Fabergé créait la surprise à l’intérieur de l’oeuf…un secret connu seulement à la livraison de l’article.

Il en a créé plus de 50 (entre 52 et 56) jusqu’en 1917 principalement pour Alexandre III et après Nicolas II qui eux-mêmes les offraient à leurs épouses au moment de Pâques.

. 10 sont conservés à Moscou au Kremlin

. 11 font partie de la collection Forbes à New-York

. 16 sont détenus par des américains

. 8 sont dans des collections privées européennes

. 2 non localisés

Plusieurs oeufs ont disparu dans les années 1920 – 1930 (  l’oeuf à la poule dans un panier 1886 – l’ange avec un oeuf dans un chariot  1888 – l’ange avec une pendulette dans un oeuf 1888 – l’oeuf aux perles en 1889 – l’oeuf aux émeraudes  1890).

En 1985, Malcolm Forbes débourse 1.760.000 dollars pour l’achat de l' »Oeuf au coucou »

← Oeuf Rothschild : un oeuf rose inscruté d’une horloge et surmonté d’un coq qui bat des ailes

 En 2007, l’oeuf Rothschild de Fabergé a été vendu aux enchères chez Christie’s à Londres pour la somme de 9 millions de livres soit 12,5 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.