Hôtel Palace RITZ*****- Place Vendôme – PARIS


15 Place Vendôme – Paris 1er arrondissement
Propriétaire : Mohamed Al-Fayed
Style XVIIIe (18e) siècle et Empire

Le Ritz a été fermé pendant 3 ans pour travaux et a rouvert ses portes en 2016.

⇒ Site internet Hôtel Ritz

L’Hôtel Ritz a ouvert ses portes en 1898. Il est situé sur la célèbre et luxueuse Place Vendôme (avec la Colonne Vendôme en son centre), près du Jardin des Tuileries et de l’Eglise de la Madeleine. La Place Vendôme est réputée pour ses bijoutiers-joailliers – Cartier, Chaumet, Van Cleef & Arpels, Mauboussin…-. Beaucoup des façades de cette place sont inscrites aux « Monuments Historiques » depuis 1930.

L’hôtel comprend 71 chambres et 71 suites dont 15 Suites de Prestige (donnant sur la Place Vendôme ou sur les jardins) de 40m² à 300 m² pour un prix allant de 1000 euros  jusqu’à 27000 euros pour la Suite Impériale et pour une seule nuit. (en 2018)

La Suite Impériale a une superficie de plus de 200 m² entièrement décorée en style Louis XVI avec de vastes salons ouverts sur la Place Vendôme. Une des chambres est une réplique exacte de la chambre de la reine Marie-Antoinette à Versailles au XVIIIe siècle (18e).

Les autres Suites portent les noms des illustres hôtes du Palace.

600 employés dont une centaine en cuisine travaillent à l’hôtel Ritz. En plus des chambres et suites et toutes les commodités et services qui vont avec (salons, salle de fitness, piscine avec musique sous l’eau, salon de coiffure, soins) on peut se restaurer et prendre du bon temps :

♦ dans un des deux restaurants du Chef cuisinier Nicolas Sale, Les Jardins de l’Espadon* (une étoile au Guide Michelin 2018), La Table de l’Espadon** (deux étoiles au Guide Michelin 2018).

♦ dans l’un des trois bars, le Bar/Brasserie Vendôme, le Bar Hemingway et le bar/brasserie Ritz Bar

♦ dans la galerie du Ritz aux multiples boutiques de luxe et notamment celles des joailliers.

https://youtu.be/NPkSqTNHubQ

1898 – C’est César Ritz qui rachète le bâtiment  (15 Place Vendôme) et crée un hôtel de luxe en 1898 pour une clientèle de grands industriels. Le souci de César Ritz étant  de  proposer un endroit chaleureux, accueillant à ces industriels pour qu’ils se sentent comme chez eux. Il fait installer l’électricité et l’eau à chaque étage. Il fait aménager des salles de bain et des WC (choses rare à l’époque) dans toutes les chambres, ainsi qu’un ascenseur. Nombreux sont les touristes curieux de telles installations pour leurs propres demeures.

En 1899. César Ritz ouvre les portes de l’Hôtel Carlton à Londres.

Avec son ami et complice Auguste Escoffier, ils s’appliquent à proposer une cuisine de qualité aux clients de haut rang de l’hôtel.

« La bonne cuisine est la base du véritable bonheur » – Auguste Escoffier

Dans le monde de la cuisine Auguste Escoffier est une référence. C’est lui qui a révolutionné la cuisine française, la manière de la faire et de l’organiser. Au sein de l’Hôtel Ritz se trouve l’École Ritz Escoffier pour apprendre le savoir-faire culinaire français. Je vous laisse consulter le site de la Fondation Escoffier.

1910 – L’hôtel s’agrandit jusqu’au 38 de la rue Cambon et 17 de la Place Vendôme.

1912 – Création de la Grande Galerie qui relie la rue Cambon à la Place Vendome (110 mètres de long). On y trouve des boutiques de luxe.

1915 – Une partie de l’hôtel (Aile Cambon) sert d’hôpital militaire aux Alliés lors de la Première Guerre Mondiale.

1934 – La célèbre couturière Coco Chanel s’installe au Ritz qui deviendra sa demeure pendant près de 40 ans.

Coco Chanel (de son vrai nom Gabrielle Bonheur Chanel) s’est installée dans sa Suite à l’hôtel Ritz en 1934 -demeure et lieu de travail-. Elle y est restée jusqu’à sa mort en 1971. Elle est devenue célèbre à travers le monde grâce à ses compétences de modiste et styliste dans le domaine de la haute couture et du parfum (n° 5 de Chanel toujours très prisé !).

Les élégants vêtements et chapeaux qu’elle crée sont en décalage avec la mode féminine de l’époque (plumes, froufrous…). Son style est élégant, nouveau et plus simple. Elle a ouvert son premier salon de modiste 21, rue Cambon (près du Ritz !) sous le nom de « Chanel Modes ». En 1913, un deuxième salon de modiste voit le jour à Deauville (région de Normandie très à la mode à cette époque) ; puis un troisième salon en 1915 à Biarritz, autre ville très à la mode aussi à cette période. Son souci est de libérer le corps de la femme, sans corset, sans taille marquée. Elle raccourcit aussi la jupe.C’est elle qui crée le fameux tailleur Chanel, veste et jupe étroite. (voir la bande annonce du film « Coco avant Chanel » de la réalisatrice Anne Fontaine).

1935 – Les bars du Ritz deviennent mixtes !

1940 – Le quartier général de la Luftwaffe (Armée de l’Air allemande) s’y installe avec pour Commandant en chef Hermann Goering.

1944 – Le 26 Août 1944 c’est la libération de Paris. Hernest Hemingway qui a couvert en tant que journaliste le débarquement sur les plages de Normandie, participe à la libération de Paris en fêtant la victoire au Bar du Ritz et dégustant les bonnes bouteilles sauvées du pillage allemand !

Au début de la rénovation du palace en 2013, les 30 000 bouteilles de la cave du Ritz ont été mises  à l’abri.

Ernest Hemingway, journaliste et écrivain américain, a participé comme soldat ou journaliste à beaucoup de guerres (1ère guerre mondiale, guerre gréco-turque en 1921, guerre civile espagnole en 1936…). Il est présent comme journaliste lors du débarquement de Normandie et à la libération de Paris en août 1944. Il réussit à avoir une entrevue avec le Général Leclerc à qui il demande un blindé de reconnaissance, deux ou trois jeeps et quelques soldats pour… libérer le Bar du Ritz ! (Bar qu’il connaissait bien ! Appelé le Bar Hemingway maintenant). Le Général Leclerc le prend alors pour un clown.

En 1956, Hemingway retrouve dans une malle du Ritz des notes prises en 1928 et oubliées. Il décide donc de raconter à partir de ces notes sa décision d’abandonner son travail de journaliste et d’essayer de vivre de ses écrits.  Hemingway ne verra pas la publication de son livre. C’est sa femme qui, en 1964, le fera publier sous le titre  « A moveable feast » ou en français « Paris est une fête ».

C’est grâce à Hemingway que le cocktail « Bloody Mary » a été créé au Ritz. En effet, Hemingway, un soir, se lamentait auprès du barman Bertin du « Petit Bar » du Ritz à propos des reproches que sa femme Mary Welsh lui faisait tous les soirs sur son haleine alcoolisée. « Ma femme ne veut plus que je boive. Quand je rentre, elle respire mon haleine et me houspille ».  Le barman eut l’idée alors de créer un cocktail à base de jus de tomate et de vodka sans odeur. Hemingway (ou Hem) félicita le barman le lendemain « Bravo, bloody Mary n’a rien senti ! ». Un nouveau cocktail était né ! 

AUTRES CÉLÉBRITÉS AYANT FRÉQUENTÉ LE PALACE 

Marcel Proust, Charlie Chaplin, Cole Porter,  Francis Scott Fitzgerald (auteur de la nouvelle intitulée « Un diamant gros comme le Ritz »), le Prince de Galles, Greta Garbo, le Duc de Windsor, Maria Callas,  Jean-Paul Sartre…

Ce sont, entre autres, les américains cités ci-dessus Scott Fitzgerald, Ernest Hemingway,  Cole Porter… qui poussèrent César Ritz à créer un bar au sein du palace.  En 1919, la prohibition est instaurée aux États-Unis.

1979 – La famille héritière vend l’Hôtel Ritz en 1979 à un homme d’affaires égyptien Mohammed Al Fayed qui crée un spa et rénove l’hôtel.

31 août 1997 – C’est au Ritz, dans la Suite Impériale,  que la Princesse Diana et son amant Dodi Al Fayed (fils de Mohammed Al Fayed) ont dîné avant leur accident de voiture sous le pont de l’Alma à Paris.

2013 – Le Ritz se refait une beauté, toujours dans le même style toutefois. Les travaux se terminent en 2016 après un incendie important lors des travaux dans les combles et la toiture.

En avril 2018, le Ritz vend 10 000 pièces de son mobilier aux enchères, tabouret du bar Hemingway, linge de maison, baignoire du 19e siècle…

Le RITZ a servi de décor à de nombreuses scènes de films et aussi à des émissions télévisées :

« Un américain à Paris (1951) de Jerry Mulligan avec Gene Kelly, Ariane (1957) (Love in the afternoon) de Billy Wilder, Comment voler un million de dollars (1966) de William Wyler, Les Rois Mages (2001) de Bernard Campan et Didier Bourdon, Da Vinci Code (2006) de Robert Langdon…

Le journal des Palaces

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.