La mamé par Odette Jouve avec l’accent provençal

En présentation ci-dessus un tableau d’Édouard Jérôme Paupion (1854-1912)

Odette Jouve est une mamie de 87 ans qui s’est présentée à une émission de télévision (sur la chaîne M6 en 2009) appelée “La France a un incroyable talent”. Son talent est de réciter des poèmes. Celui qu’elle a présenté à cette émission a ému le jury et le public français. Je vous laisse écouter et lire le texte en dessous de la vidéo. Vous entendrez aussi l’accent marseillais. (voir l’autre vidéo d’Odette Jouve sur l’accent)

Texte d’Odette Jouve

Elle se tenait au bout de la table et nous impressionnait par sa lenteur. On la voyait si vieille, toute ridée, misérable que l’amour peu à peu fit place à la rancoeur.

Elle gênait notre vie. Elle gênait nos projets la mamé. A quelque temps de là, prétextant des vacances, je l’emmenais là-haut, au flanc du Lubéron.

– Tu seras bien mamé ! Tu verras la Durance du haut de la terrasse
de la grande maison.
– Ces maisons-là sont faites pour les vieux !
– Regarde ! Ils ont l’air bienheureux !
– Comme tu veux petite.

Je la laissais toute seule. L’air était encore chaud pourtant je frissonnais et le chant des oiseaux voletant dans le lierre disait à mes oreilles “qu’as-tu fait de mamé ?”

Chaque brin d’herbe, de thym, de lavande, de romarin semblait me dire “mais qu’as-tu fait de mamé ?”

Même le chant des sources dans ma tête criait “mais qu’as-tu fait de mamé ?”

Lentement, le remords me prenait. Au fil des souvenirs, mon coeur s’est apaisé. Alors, j’ai repris le chemin qui mène à la grande maison. Retrouver la mamé, lui demander pardon !

J’ai pris tout simplement ses mains sans rien lui dire. Une larme brillait au milieu d’un sourire.

Une mamé c’est précieux. C’est tant de souvenirs. Si vous en avez une, jusqu’au bout de ses jours, gardez-la près de vous. Et quand elle devra mourir, vous lui fermerez les yeux dans un geste d’amour.

Si aujourd’hui, le chant des cigales me pose la question tant de fois redoutée, je peux, le coeur joyeux en digne provençale, répondre fièrement “Elle est là, la mamé !”

***********Cet article vous a plu ?**********

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *