Présentation catacombes

Les catacombes et carrières à Paris

Entrée catacombes

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Après 131 marches vous lirez

“Arrête ! C’est ici l’empire de la mort !”

Au XIIème siècle, les sous-sols de Paris étaient exploités pour le gypse et le calcaire qui servaient à la construction de la ville. Mais, au fur et à mesure, les carrières étaient abandonnées et n’étaient pas remblayées (comblées).

Ainsi, au XVIIème siècle, rue d’Enfer, un énorme effondrement se produisit et détruisit de nombreux immeubles. Pour éviter que cela ne se reproduise, l’I.G.C ou l’Inspection Générale des Carrières fut créée pour répertorier et aussi consolider tous ces endroits vides souterrains.

La tâche fut très difficile car il n’y avait aucun plan des anciennes exploitations ! Des galeries d’inspection furent alors creusées sous chaque rue  et toutes les carrières découvertes furent alors comblées. Et ce sont ces galeries que l’on parcourt aujourd’hui ! (attention, c’est réglementé !)

La longueur totale est de 286 km. Ces galeries sont séparées en réseaux. À certains endroits, il peut même y avoir deux étages de galeries (grand réseau sud).

En 1786, à cause des cimetières “surpeuplés” entraînant insalubrité et épidémies, il fut décidé de transporter les ossements anonymes du Cimetière des Innocents dans les carrières de Montrouge (consolidées).

C’est à ce moment que naissent les fameuses “Catacombes” de Paris(vidéo “les mystères de Paris”). Ces catacombes ne représentent qu’une toute petite partie du réseau de galeries souterraines de la ville (1,7 km à 20 mètres sous terre – environ 6 millions de dépouilles). Autres photos des catacombes ici !

Elles sont ouvertes à la visite du public (durée environ 45 mn). Entrée Place Denfert Rochereau dans le 14ème arrondissement.

 

Les autres galeries…une ville sous la ville !

Il existe de vieux plans des galeries et des centaines “d’ entrées” sont encore ouvertes pour y accéder…officieusement. Mais, attention ! comme on dit c’est à vos risques et périls…surtout sans guide !

Il arrive que des gens se perdent et y meurent (c’est arrivé !). Le plus connu est Philibert Aspain qui est descendu dans les carrières le 3 Novembre 1793 et s’est perdu. Il est mort de faim. On l’a retrouvé 11 jours plus tard par hasard. Sa tombe est un lieu de pélerinage des cataphiles (qui aiment les carrières) clandestins.

Il existe une Equipe de Recherche et d’Intervention des Carrières (ERIC) pour aider et surveiller ce qui se passe sous terre…et pour donner des amendes aussi… Bien que l’exploration des galeries soit interdite et même dangereuse (risque d’éboulement, maladie par les rats, perte des repères…) beaucoup de choses se passent dans cette ville sous la ville, quelques exemples de ce qu’on y a trouvé ou de ce qui s’y est passé :

. lieu de cache pendant les guerres notamment pendant la seconde guerre mondiale aussi bien pour les bunkers allemands que pour les résistants

. salle de cinéma clandestine

. champignonnières (culture des champignons)

. brasserie

. salle d’exposition

. tombes

. fêtes de fin d’année des élèves des grandes écoles

et bien d’autres choses…bizarres

Eh oui ! Si vous ajoutez à tout cela la présence d’eau à certains endroits et des tas d’ossements encore présents…je vous conseille de rester sur le sol de Paris si vous venez en France !

***********Cet article vous a plu ?**********

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *