Archives par mot-clé : chat

Croiser un chat noir porte malheur

> Retour à la page « Superstitions et croyances »

Audio 1 – Croiser un chat noir

Superstition : un chat noir qui traverse la route ou le chemin devant vous annonce un malheur, les chats noirs portent malheur.

Voilà une superstition qui est en train de tomber dans les oubliettes et c’est tant mieux ! Pendant plusieurs siècles et jusqu’au début du XXe siècle (1), les gens ont cru que voir ou croiser un chat noir portait malheur. Étrange superstition mais pourquoi ?

C’est en Europe, au Moyen-Âge, que la peur du chat – noir de préférence – est apparue. De tout temps, le chat noir a été le compagnon des personnes pratiquant la magie noire ou des rites païens, compagnons ou victimes de sacrifices en l’honneur de Satan. L’origine? Sans doute à cause de cette légende bien antérieure au Moyen Âge qui parlait d’une déesse de l’obscurité prénommée Diane avant la création du monde. Celle-ci aimait Lucifer qui possédait un chat noir. Ils se marièrent et eurent une fille, Aradia. Lucifer envoya sa fille et son chat sur Terre pour enseigner aux hommes la magie noire.

Déjà, en 567, le concile de Tours souhaitait bannir les prêtresses des cultes lunaires. Ces prêtresses et devineresses qui soignaient avec des plantes médicinales étaient souvent accompagnées de chats noirs. Elles étaient considérées comme des sorcières par l’Église. Ces cultes païens diminuèrent avec le temps, sans toutefois disparaître complètement, au fur et à mesure que le christianisme s’implantait en Europe. Le chat noir n’était déjà pas apprécié à cette période.

 

Audio 2 – Croiser un chat noir

La haine du chat noir s’est renforcée avec la « chasse aux sorcières » décidée par l’Église au XIVe siècle dans toute l’Europe qui a duré près de quatre siècles avec un point culminant entre 1580 et 1630. C’est avec une bulle pontificale du pape Jean XXII (1), en 1326, que commença la persécution des sorciers et sorcières accusés de pactiser avec le diable. Les femmes déclarées « sorcières » étaient beaucoup plus nombreuses que les hommes. C’étaient bien souvent de pauvres femmes seules, considérées comme asociales. Elles étaient guérisseuses, soignaient les gens grâce aux plantes médicinales en utilisant un langage inconnu quelquefois, aidaient à mettre les enfants au monde ou pratiquaient aussi l’avortement. Elles détenaient un savoir très ancien sur les plantes et leurs effets. Tout cela paraissait trop « magique » pour les esprits de plus en plus rationnels de l’époque Renaissance. Les chats, leurs fidèles compagnons firent eux aussi l’objet de procès et finirent massacrés ou dans les flammes des bûchers tout comme leur maîtresse. Difficile d’estimer le nombre de sorciers et sorcières qui furent tués en France. On estime autour de 50 000 personnes brûlées sur une période qui commence au XIVe siècle jusqu’au XVIIIe siècle (1). Et combien de chats noirs jetés dans les flammes ?

Une touffe de poils blancs
= la vie sauve
Pendant cette période moyenâgeuse, toute personne accueillant un chat noir dans sa maison pouvait être accusée de sorcellerie et périr sur le bûcher avec son chat SAUF si par bonheur le chat noir avait une petite touffe de poils blancs sur le poitrail ou autour du cou. Si c’était le cas, il avait alors la vie sauve. Ce signe d’innocence s’appelait « la marque de l’ange » ou « le doigt de Dieu ». Pas de bûcher pour ces chats-là ! Ouf !

Audio 3 – Croiser un chat noir

Une légende anglaise prétend que Napoléon très superstitieux aurait vu un chat noir juste avant la bataille de Waterloo. Ce fut une défaite cuisante pour les Français certainement à cause du chat noir.  😀

Le chat, un animal maléfique. Le chat noir, un animal démoniaque! Ces chats noirs étaient supposés être la réincarnation du diable. Les sorcières, disait-on, était capables de se réincarner en chat neuf fois. De plus, la couleur noire étaient la couleur du deuil et les yeux des chats qui brillaient anormalement dans la nuit faisaient peur. On les considérait comme des animaux sournois, capables de passer brusquement de moments câlins à l’indifférence totale. La présence d’un chat noir était associé au diable et à la mort.

Le chat : bouc émissaire (voir mon article) partout en Europe

Les malheureux chats, surtout de couleur noire, ont vécu des heures terribles. La violence la plus extrême des différents peuples européens s’est abattue sur eux durant plusieurs siècles. Ils croyaient repousser le mal en sacrifiant ces pauvres bêtes. L’Église avait trouvé les victimes idéales d’autant que les peuples avaient besoin d’avoir un représentant du diable en chair et en os.Des milliers de chats furent exterminés et s’ils n’avaient pas été pourchassés, ils auraient éliminé les rats porteur de maladie et ainsi peut-être auraient-il contribué à freiner la grande épidémie de peste qui a sévi en Europe entre 1347 et 1352 et qui, d’après les historiens, aurait tué 30 à 50% de la population européenne !

Audio 4 – Croiser un chat noir

Voici quelques autres croyances anciennes ou faits liés aux chats et à leur côté maléfique :– Si une personne rencontrait un chat noir à minuit, elle pensait que c’était Satan qui venait acheter son âme.– Une légende prétendait que les sorcières avaient une troisième mamelle pour allaiter leur chat familier. Elles partageaient avec eux les pouvoirs que leur accordait le Diable. Certaines laissaient leur chat sucer leur sang. Les nuits de cérémonies sous la lune, un démon réincarné en grand chat noir était présent.– Au XIIe siècle (1), on croyait que les sorcières se transformaient en chat, qu’elles rentraient dans les maisons par les fenêtres ou les cheminées en poussant des hurlements effrayants et attaquaient les enfants.– Au XIVe siècle (1), dans le procès des Templiers en France, il est reproché aux Chevaliers du Temple de vouer un culte à Lucifer qui avait la capacité de se transformer en chat. – Un chat noir aperçu lors de funérailles entraînait la mort imminente d’une personne du cortège. Alors, pour déjouer la malédiction, il suffisait de changer de trajet pour se rendre au cimetière.– Les dents du chat étaient considérées comme venimeuses, sa chair empoisonnée et ses poils étaient mortels si vous en avaliez quelques-uns.-« Ambroise Paré, un des fondateurs de la chirurgie moderne, conseiller et premier chirurgien du roi au XVIe siècle (1) écrivait que les poils de chat étaient infectés et qu’en respirer pouvait vous faire suffoquer ; que leur haleine était dangereuse qu’il ne fallait pas dormir près d’un chat car il pouvait transmettre la tuberculose ; que leur regard maléfique pouvait provoquer une peur irraisonnée accompagnée de tremblements ».

Chat emmuré vivant au XIVe siècle retrouvé en 1960 dans une maison d’un village du Tarn(Musée Charles Portal – Cordes)

Audio 5 – Croiser un chat noir

– Lors de constructions de bâtiments, ponts, fermes…on enterrait un ou plusieurs chats vivants sous le seuil de l’édifice ou bien on les emmurait vivants. Ces actes barbares étaient censés assurer la solidité de l’oeuvre et protéger du mauvais sort. Ainsi, on a retrouvé un groupe de chats momifiés dans une aile de la Tour de Londres.– Dans de nombreuses ville d’Europe, on organisait des bûchers pour sacrifier des centaines de chats porteurs de tous les maux. On les jetait dans les flammes enfermés dans des paniers en osier, ou bien on les suspendait en haut d’un mât au-dessus du bûcher. Une fois les animaux anéantis, les gens récupéraient les cendres pour les placer dans leur maison afin d’éloigner le Malin. (2)Le chat était aussi doté de pouvoirs étranges.– La peau de chat noir soulageait les rhumatismes.– Pour se remettre d’une mauvaise chute, on coupait la queue d’un chat noir et on la suçait.– La patte gauche d’un chat glissée dans la gibecière d’un chasseur, l’empêchait de bien viser. (région des Vosges)Voici quelques autres croyances, positives celles-là concernant les chats noirs.– On pouvait devenir très riche si on arrachait un poil blanc à un chat noir. (région de Bretagne)– Par une nuit de pleine lune, une chatte noire pouvait vous offrir une bourse pleine d’or. (région d’Auvergne)

EXPRESSIONS AVEC LE MOT « CHAT »

(1) Pour apprendre à lire les chiffres romains  c’est ici  !  :XXe = 20e / XXII = 22 / XIVe et XVIIIe = 14e et 18e / XIIe = 12e / XVIe = 16e

(2) Le Malin ou le Diable

Expressions en rapport avec les animaux

> Retour à la page  « expressions françaises »

  TESTEZ VOS CONNAISSANCES
ESSAYEZ  DE  FAIRE  LE   QUIZZ
CI-CONTRE SUR LES EXPRESSIONS
EN RAPPORT AVEC LES ANIMAUX
Un agneau Un agneau
. Être doux comme un agneau = être très gentil, sans aucune violence
Un âne Un âne
. Être têtu comme un âne
. Être bête comme un âne
. Être têtu comme une mule
Un boeufUn boeuf
. Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs
(to put the cart before the horse)

Cela signifie faire les choses à l’envers ou dans le désordre…aller trop vite pour faire quelque chose. (pas dans le bon sens, pas dans l’ordre).

Il faut savoir s’organiser et prendre les choses par leur commencement pour les réussir. Cette expression est souvent utilisée pour tempérer l’enthousiasme de quelqu’un d’inexpérimenté.

« On n’est pas des boeufs, on fait ce qu’on peut ! »

– Justin, tu en es où dans le bilan de la Société ?
– J’ai encore plein de travail..je ne serai pas prêt aujourd’hui…
– Parce que j’ai d’autres choses urgentes à te donner…et il faudrait que ça soit fait avant demain !
– Eh, doucement, on n’est pas des boeufs, on fait c’qu’on peut ! (ou « je n’ai pas quatre mains !)

Un bourdon Un bourdon
. Avoir le bourdon = Ne pas avoir le moral – être déprimé (expression moins utilisée de nos jours)
Un cafard Un cafard
. Avoir le cafard = Ne pas avoir le moral – être déprimé
Un canard Un canard
. Il fait un froid de canard = il fait très froid
Une carpe Une carpe
. Être muet comme une carpe = ne rien dire
– Il est resté muet comme une carpe !
Un chat Un chat

. Donner sa langue au chat
– J’ai une devinette : pourquoi le cercueil d’un homme qui est mort de rire est-il tout petit ?
– Euh….je ne sais pas
– Tu donnes ta langue au chat ? Parce qu’il était plié en quatre !
(plié en deux ou en quatre = mort de rire)

.S’entendre comme chien et chat
On utilise cette expression pour deux personnes qui se disputent tout le temps ou à chaque fois qu’elles se voient comme les chats et les chiens qui, généralement, ne s’apprécient guère.
– Lorsqu’on placera les gens à table, il ne faut pas mettre Lionel à côté de Justin. Ils s’entendent comme chien et chat ces deux-là !

.Chat échaudé craint l’eau froide

Une personne ayant vécu une expérience désagréable, difficile ou douloureuse se méfiera à nouveau lorsqu’une situation plus ou moins similaire se présentera à lui. Exactement comme un chat plongé dans l’eau chaude se méfiera de toute eau, qu’elle soit chaude ou froide.

– Il a eu une déception amoureuse l’année dernière. Il est devenu très méfiant envers les personnes que je lui présente. Chat échaudé craint l’eau froide !

. Il faut appeler un chat un chat = Il faut dire les choses telles qu’elles sont.
– Il a du mal à payer pour les autres, au café, au restaurant, même s’il en a les moyens.
– Il a du mal à sortir son argent ?
– Non, c’est qu’il n’y pense pas.
– Ah non, il faut appeler un chat un chat…il est radin c’est tout ! (radin = avare)

La nuit, tous les chats sont gris.

. La nuit tous les chats sont gris = la nuit ou dans l’obscurité, les différences entre les gens ou les choses s’estompent du fait que nous ne percevons pas les couleurs. Ainsi, on ne distingue pas un chat gris d’un chat roux par exemple. On utilise cette expression pour faire comprendre que sans précision, sans « lumière » sur certains faits, on mélange tout, on peut confondre, on peut se tromper. Ce qui peut amener à une situation confuse.

. Avoir un chat dans la gorge = être enroué
– Est-ce que quelqu’un pourrait lire ce texte à ma place, j’ai un chat dans la gorge….?

. Avoir d’autres chats à fouetter = Avoir autre chose à faire
– Tu viens jouer aux cartes cet après-midi ?
– Ah non, merci, j’ai d’autres chats à fouetter !

. Y a pas un chat ! (il n’y a pas un chat) = Il n’y a personne.
– C’est bizarre, on ne s’est pas trompés dans l’heure du concert ? Y a pas un chat !

. Y a pas de quoi fouetter un chat (il n’y a pas de quoi fouetter un chat) = Ce qui s’est passé n’est pas grave
– Bon, ils ont patienté devant la porte de l’appartement pendant une heure…et alors ? Y a pas de quoi fouetter un chat !

Un cheval Un cheval
. Avoir une fièvre de cheval = avoir beaucoup de fièvre

. Être à cheval sur …
. Être à cheval sur les principes (être très respectueux des principes)
. Être à cheval sur le règlement (être très respectueux du règlement)
Un chien Un chien
. Être fidèle comme un chien
. Il fait un temps de chien (un très mauvais temps)
. Il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors (un très temps mauvais temps)


. se regarder en chiens de faïence – cela fait référence aux petits animaux en faïence que l’on mettait sur les buffets en guise de décoration. On utilise cette expression pour parler de l’animosité qui se ressent entre deux personnes placées côte à côte ou face à face et qui souhaitent s’ignorer.

Un cochon Un cochon / Un porc
. Manger comme un porc / Manger comme un cochon = manger salement
– Mais fais attention ! Tu manges vraiment comme un cochon !
. Avoir une tête de cochon = être têtu / obstiné
– Je t’ai dit cent fois de ne pas te coucher sur le canapé avec tes chaussures ! Quelle tête de cochon !
. Être copains comme cochons = être très bons amis – très bon copains dans les bons et mauvais coups
– Ces deux-là, quand ils étaient petits, ils étaient copains comme cochons !
Un crocodile Un crocodile
. Avoir des larmes de crocodile / Pleurer des larmes de crocodile
Se dit à un enfant qui laisse couler ses larmes sans avoir vraiment de chagrin…. un peu faux.
– C’est des larmes de crocodile ça !
(Vous remarquerez que, quand on parle, le bon français n’est pas toujours respecté – certaines personnes s’exprimant bien diraient « ce sont des larmes de crocodiles ça »….le fait est que la majorité des gens diraient « c’est »…)
Un éléphant Un éléphant
. Avoir une mémoire d’éléphant
On dit ça de quelqu’un qui se souvient bien des choses.
Une fourmi Une fourmi
. Avoir des fourmis dans les jambes
(to have pins and needles in legs)
Etre ankylosé – ne plus pouvoir remuer les jambes ou la jambe (après être trop longtemps resté dans une même position)
Une guêpe Une guêpe
. Avoir une taille de guêpe = Avoir une taille très fine
. Se fourrer dans un sale guêpier / Se mettre dans un sale guêpier /
Tomber dans un sale guêpier = Se mettre dans une situation difficile dont il est difficile de sortir.
– Il s’est mis dans un sale guêpier, le jour où il a accepté de faire parti de leur groupe
Un lapin Un lapin
. Poser un lapin = ne pas venir à un rendez-vous
– Je l’ai attendu trois heures, il n’est pas venu. Il m’a posé un lapin.
. Faire le coup du lapin
Avoir la nuque brisée
– Il a eu un accident de voiture. Il a eu le coup du lapin, il est mort rapidement.
. Courir comme un lapin = « courir très vite » ou « aller vite »
– On ne dirait pas qu’il a eu une fracture ouverte à la jambe. Si tu le voyais, il court comme un lapin
maintenant !
. C’est un chaud lapin = C’est quelqu’un très actif sur un plan sexuel…
Un lion Un lion
. Être fort comme un lion (Autre expression = Être fort comme un Turc)
Un loup Un loup
. Avoir une faim de loup = avoir très faim
– Je viens de faire vingt kilomètres à pied et j’ai une faim de loup !
(to be famished – I’m so hungry I could eat a horse !)
. Être connu comme le loup blanc=Être très connu
(big deal – big shot – big cheese – big man on campus)
– Dans cette ville, il est connu comme le loup blanc.
Un maquereauUn maquereau ou mac (plus actuel) = un proxénète
AVOIR DES YEUX DE MERLANS FRITSAvoir (faire) des yeux de merlan frit.

Avoir (faire/rouler) des yeux de merlan fritavoir un regard niais, stupéfait – un regard plein d’amour ou d’étonnement, de stupéfaction mais un regard ridicule.

Un merlan = ce mot d’argot a vieilli mais il désignait autrefois un perruquier, au temps où les nobles portaient des perruques. Pourquoi ce terme ? Parce que le garçon coiffeur poudrait autant ses cheveux que la perruque ce qui faisait penser à un merlan roulé dans la farine prêt à être frit. Puis, avec le temps, le terme a été attribué aux « coiffeurs ».

Un moutonUn mouton
. Revenons à nos moutons !
Revenir au sujet principal de la conversation.
Une oie Une oie
. Être bête comme une oie = être stupide / bête
. C’est une oie blanche = Expression de moins en moins utilisée qui désigne une fille naïve, candide.
Un paon Un paon (prononcez « pan »)
. Être fier comme un paon
– Si tu avais vu ton frère dans son smoking, il était fier comme un paon !
Une pie Une pie
. Être bavarde comme une pie (Être un piplette)
– Tu as déjà rencontré ta voisine ?
– Oui, hier ! Elle est bavarde comme une pie !
Un pou Un pou
. Être laid comme un pou / Être moche comme un pou
(so uggly he/she could gag a maggot – a face only a mother could love – a face for radio)
Si vous employez cette expression…on ne peut pas dire que ce soit très gentil… aussi laid qu’un pou (moche -mot familier- = laid)
Une poule Une poule
. Avoir la chair de poule = avoir froid
– Il ne fait pas chaud ! Regarde, j’ai la chair de poule !
(quand on a froid la peau ressemble à celle de la poule déplumée !)
(To have goose bumps)
Une puce Une puce
. Mettre la puce à l’oreille = Eveiller l’attention, la méfiance, le soupçon sur quelque chose.
– Il parlait avec un tel enthousiasme de l’Australie, ça m’a mis la puce à l’oreille et je lui ai demandé s’il préparait un voyage prochainement pour l’Australie. Et il m’a répondu qu’il avait l’intention de partir en bateau en fin d’année.
. Une jolie petite puce = pour parler d’une jolie petite fille.
. Ma puce = mot tendre pour parler à sa petite fille
Un Rat Un rat
. Être fait comme un rat = être piégé / être prise
Un renard Un renard
. Être rusé comme un renard(to be sly as a fox – To be cunning as a fox)
Un requin Un requin
= Homme d’affaires impitoyable et sans scrupule. Les requins les plus connus sont ceux du monde de la finance.
Une sardine Une sardine
. Être serrés comme des sardines (des sardines en boîte de conserve)
– Je n’aime pas prendre le métro aux heures de pointe, on est serré comme des sardines !
Un singe Un singe
. Être malin comme un singe
Un taureau Un taureau
. Prendre le taureau par les cornes
S’emparer d’un problème, d’une difficulté et faire tout pour le/la résoudre. Faire front à un problème.
Une vache Une vache
. T’es vache ! Tu aurais pu me laisser quelques oeufs en chocolat quand même ! (pas très gentil)
. Faire une vacherie à quelqu’un = Faire un mauvais coup à quelqu’un.
– Mon collègue de travail m’a fait une vacherie aujourd’hui. Voilà pourquoi je suis en colère !
. C’est vachement bien ! C’est vachement joli ! C’est vachement drôle ! Vachement embêtant…à l’infini 🙂

Vachement (on peut dire aussi c’est drôlement cher, drôlement bien, drôlement gênant….).

. Manger (bouffer) de la vache enragée = Vivre dans la misère – Vie dure de privations

– On peut dire qu’il a mangé de la vache enragée quand il était jeune. Ses parents avaient tout juste de quoi survivre.

Un verUn ver. Être nu comme un ver = être sans habitsTIRER LES VERS DU NEZTirer les vers du nez à quelqu’un = amener quelqu’un à dire ce que l’on veut savoir et ce qu’il ne veut pas avouer en posant des questions adroitement.
AUTRES EXPRESSIONS EN RAPPORT AVEC UNE PARTIE DU CORPS D’UN ANIMAL
Un bec d'oiseau Un bec (d’oiseau). Avoir une prise de bec avec quelqu’un = C’est avoir une altercation avec une personne.
– Je suis énervé ! Je viens d’avoir une prise de bec avec l’employé de la Poste !. Se retrouver le bec dans l’eau = Ne rien obtenir après avoir fait des efforts – ne pas obtenir ce qu’on attendait en ayant fait des efforts pourtant.- Ils lui avaient promis de l’emmener en voyage en Afrique. Il a obtenu son passeport, il s’est fait vacciné, il a même acheté des vêtements et un superbe appareil photo…finalement, il s’est retrouvé le bec dans l’eau ! Son oncle et sa tante sont partis sans lui.
Un sabot de cheval Un sabot . Ca ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval = c’est difficile à trouver

. Il ne faut pas avoir les deux pieds dans le même sabot ! Il/Elle n’a pas les deux pieds dans le même sabot ! = expression qui se réfère à une personne énergique, dégourdie et courageuse.
(c’est un compliment)
– Elle s’occupe de ses enfants, de ses parents. Elle travaille de nuit comme infirmière et la journée elle aide son mari à la ferme ! Elle n’a pas les deux pieds dans le même sabot !

. Voir venir quelqu’un avec ses gros sabots = Deviner les intentions de quelqu’un- intentions qui semblent évidentes – mal cachées.
– Il m’a parlé de ses trois chiens. Il m’a dit que ses chiens n’aboyaient pas, qu’ils étaient très gentils. Je l’ai vu venir avec ses gros sabots ! En fait, il souhaitait que je garde ses trois chiens pendant ses vacances.

– Je te vois venir avec tes gros sabots ! Tu veux aller à ce concert samedi soir, c’est ça ?

Une aile Une aile
. Battre de l’aile Fonctionner difficilement – se dérouler difficilement
Cette expression courante est surtout utilisée pour décrire la situation d’une entreprise en déclin ou bien pour parler d’un couple de personnes qui a des problèmes. Quelqu’un qui a créé quelque chose (une société, association…)
– Alors, comment ça marche ta société qui fabrique des parapluies ?
– Bof, ça bat de l’aile ! (= ça ne marche pas très bien)

Une patte Une patte

. Montrer patte blanche = Donner un signe de reconnaissance ou une autorisation pour être autorisé à entrer dans un lieu.- Tu ne peux pas entrer au Pentagone comme ça ! Il faut montrer patte blanche !

. Graisser la patte à quelqu’un = Donner de l’argent à quelqu’un pour obtenir quelque chose / soudoyer
(to grease the palm of someone)
– Mais comment avez-vous fait pour entrer à cette soirée VIP ?
– C’est Pierre qui a graissé la patte au vigile qui surveillait les entrées.