Archives par mot-clé : cinq

Qu’est-ce qu’un palace 5 étoiles ?

Mais qu’est-ce qu’un palace cinq étoiles ?

Le mot « palace » vient du mot « palais » et dans la hiérarchie hôtelière c’est un hôtel 5 étoiles, c’est-à-dire le maximum qu’un hôtel puisse recevoir (cette cinquième étoile a été rajoutée en début d’année 2009 aux hôtels de luxe en France pour ne pas dérouter la clientèle internationale habituée à ce nombre d’étoiles dans beaucoup d’autres pays)

Une définition proposée du « palace » :  « C’EST UN LIEU UNIQUE ET PAS DUPLICABLE » qui s’applique particulièrement aux palaces français qui sont souvent chargés d’histoire et malgré tout intemporels ce qui fait leur intérêt. 

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un palace 5 étoiles ?

Hôtel Palace PARK HYATT PARIS VENDÔME – rue de la Paix – PARIS

5, rue de la Paix (2ème arrondissement)
Propriétaire : Hyatt Hotels Corporation (USA)

PARK HYATT PARIS VENDOME : UN PALACE MODERNE

L’hôtel Park Hyatt Paris Vendôme est situé tout près de la place Vendôme, de l’Opéra Garnier, du Louvre et du faubourg Saint-Honoré. Il a été entièrement conçu par l’architecte d’intérieur américain Ed Tuttle qui a su mélanger  un classicisme à la française et un design contemporain. . Une grande partie de la  façade de l’établissement est classée monument historique.

Il a ouvert ses portes en 2002 et a reçu la distinction de palace***** en 2015.

Continuer la lecture de Hôtel Palace PARK HYATT PARIS VENDÔME – rue de la Paix – PARIS

Hôtel Palace RITZ*****- Place Vendôme – PARIS


15 Place Vendôme – Paris 1er arrondissement
Propriétaire : Mohamed Al-Fayed
Style XVIIIe (18e) siècle et Empire

Le Ritz a été fermé pendant 3 ans pour travaux et a rouvert ses portes en 2016.

⇒ Site internet Hôtel Ritz

L’Hôtel Ritz a ouvert ses portes en 1898. Il est situé sur la célèbre et luxueuse Place Vendôme (avec la Colonne Vendôme en son centre), près du Jardin des Tuileries et de l’Eglise de la Madeleine. La Place Vendôme est réputée pour ses bijoutiers-joailliers – Cartier, Chaumet, Van Cleef & Arpels, Mauboussin…-. Beaucoup des façades de cette place sont inscrites aux « Monuments Historiques » depuis 1930.

L’hôtel comprend 71 chambres et 71 suites dont 15 Suites de Prestige (donnant sur la Place Vendôme ou sur les jardins) de 40m² à 300 m² pour un prix allant de 1000 euros  jusqu’à 27000 euros pour la Suite Impériale et pour une seule nuit. (en 2018)

La Suite Impériale a une superficie de plus de 200 m² entièrement décorée en style Louis XVI avec de vastes salons ouverts sur la Place Vendôme. Une des chambres est une réplique exacte de la chambre de la reine Marie-Antoinette à Versailles au XVIIIe siècle (18e).

Les autres Suites portent les noms des illustres hôtes du Palace.

600 employés dont une centaine en cuisine travaillent à l’hôtel Ritz. En plus des chambres et suites et toutes les commodités et services qui vont avec (salons, salle de fitness, piscine avec musique sous l’eau, salon de coiffure, soins) on peut se restaurer et prendre du bon temps :

♦ dans un des deux restaurants du Chef cuisinier Nicolas Sale, Les Jardins de l’Espadon* (une étoile au Guide Michelin 2018), La Table de l’Espadon** (deux étoiles au Guide Michelin 2018).

♦ dans l’un des trois bars, le Bar/Brasserie Vendôme, le Bar Hemingway et le bar/brasserie Ritz Bar

♦ dans la galerie du Ritz aux multiples boutiques de luxe et notamment celles des joailliers.

https://youtu.be/NPkSqTNHubQ

1898 – C’est César Ritz qui rachète le bâtiment  (15 Place Vendôme) et crée un hôtel de luxe en 1898 pour une clientèle de grands industriels. Le souci de César Ritz étant  de  proposer un endroit chaleureux, accueillant à ces industriels pour qu’ils se sentent comme chez eux. Il fait installer l’électricité et l’eau à chaque étage. Il fait aménager des salles de bain et des WC (choses rare à l’époque) dans toutes les chambres, ainsi qu’un ascenseur. Nombreux sont les touristes curieux de telles installations pour leurs propres demeures.

En 1899. César Ritz ouvre les portes de l’Hôtel Carlton à Londres.

Avec son ami et complice Auguste Escoffier, ils s’appliquent à proposer une cuisine de qualité aux clients de haut rang de l’hôtel.

« La bonne cuisine est la base du véritable bonheur » – Auguste Escoffier

Dans le monde de la cuisine Auguste Escoffier est une référence. C’est lui qui a révolutionné la cuisine française, la manière de la faire et de l’organiser. Au sein de l’Hôtel Ritz se trouve l’École Ritz Escoffier pour apprendre le savoir-faire culinaire français. Je vous laisse consulter le site de la Fondation Escoffier.

1910 – L’hôtel s’agrandit jusqu’au 38 de la rue Cambon et 17 de la Place Vendôme.

1912 – Création de la Grande Galerie qui relie la rue Cambon à la Place Vendome (110 mètres de long). On y trouve des boutiques de luxe.

1915 – Une partie de l’hôtel (Aile Cambon) sert d’hôpital militaire aux Alliés lors de la Première Guerre Mondiale.

1934 – La célèbre couturière Coco Chanel s’installe au Ritz qui deviendra sa demeure pendant près de 40 ans.

Coco Chanel (de son vrai nom Gabrielle Bonheur Chanel) s’est installée dans sa Suite à l’hôtel Ritz en 1934 -demeure et lieu de travail-. Elle y est restée jusqu’à sa mort en 1971. Elle est devenue célèbre à travers le monde grâce à ses compétences de modiste et styliste dans le domaine de la haute couture et du parfum (n° 5 de Chanel toujours très prisé !).

Les élégants vêtements et chapeaux qu’elle crée sont en décalage avec la mode féminine de l’époque (plumes, froufrous…). Son style est élégant, nouveau et plus simple. Elle a ouvert son premier salon de modiste 21, rue Cambon (près du Ritz !) sous le nom de « Chanel Modes ». En 1913, un deuxième salon de modiste voit le jour à Deauville (région de Normandie très à la mode à cette époque) ; puis un troisième salon en 1915 à Biarritz, autre ville très à la mode aussi à cette période. Son souci est de libérer le corps de la femme, sans corset, sans taille marquée. Elle raccourcit aussi la jupe.C’est elle qui crée le fameux tailleur Chanel, veste et jupe étroite. (voir la bande annonce du film « Coco avant Chanel » de la réalisatrice Anne Fontaine).

1935 – Les bars du Ritz deviennent mixtes !

1940 – Le quartier général de la Luftwaffe (Armée de l’Air allemande) s’y installe avec pour Commandant en chef Hermann Goering.

1944 – Le 26 Août 1944 c’est la libération de Paris. Hernest Hemingway qui a couvert en tant que journaliste le débarquement sur les plages de Normandie, participe à la libération de Paris en fêtant la victoire au Bar du Ritz et dégustant les bonnes bouteilles sauvées du pillage allemand !

Au début de la rénovation du palace en 2013, les 30 000 bouteilles de la cave du Ritz ont été mises  à l’abri.

Ernest Hemingway, journaliste et écrivain américain, a participé comme soldat ou journaliste à beaucoup de guerres (1ère guerre mondiale, guerre gréco-turque en 1921, guerre civile espagnole en 1936…). Il est présent comme journaliste lors du débarquement de Normandie et à la libération de Paris en août 1944. Il réussit à avoir une entrevue avec le Général Leclerc à qui il demande un blindé de reconnaissance, deux ou trois jeeps et quelques soldats pour… libérer le Bar du Ritz ! (Bar qu’il connaissait bien ! Appelé le Bar Hemingway maintenant). Le Général Leclerc le prend alors pour un clown.

En 1956, Hemingway retrouve dans une malle du Ritz des notes prises en 1928 et oubliées. Il décide donc de raconter à partir de ces notes sa décision d’abandonner son travail de journaliste et d’essayer de vivre de ses écrits.  Hemingway ne verra pas la publication de son livre. C’est sa femme qui, en 1964, le fera publier sous le titre  « A moveable feast » ou en français « Paris est une fête ».

C’est grâce à Hemingway que le cocktail « Bloody Mary » a été créé au Ritz. En effet, Hemingway, un soir, se lamentait auprès du barman Bertin du « Petit Bar » du Ritz à propos des reproches que sa femme Mary Welsh lui faisait tous les soirs sur son haleine alcoolisée. « Ma femme ne veut plus que je boive. Quand je rentre, elle respire mon haleine et me houspille ».  Le barman eut l’idée alors de créer un cocktail à base de jus de tomate et de vodka sans odeur. Hemingway (ou Hem) félicita le barman le lendemain « Bravo, bloody Mary n’a rien senti ! ». Un nouveau cocktail était né ! 

AUTRES CÉLÉBRITÉS AYANT FRÉQUENTÉ LE PALACE 

Marcel Proust, Charlie Chaplin, Cole Porter,  Francis Scott Fitzgerald (auteur de la nouvelle intitulée « Un diamant gros comme le Ritz »), le Prince de Galles, Greta Garbo, le Duc de Windsor, Maria Callas,  Jean-Paul Sartre…

Ce sont, entre autres, les américains cités ci-dessus Scott Fitzgerald, Ernest Hemingway,  Cole Porter… qui poussèrent César Ritz à créer un bar au sein du palace.  En 1919, la prohibition est instaurée aux États-Unis.

1979 – La famille héritière vend l’Hôtel Ritz en 1979 à un homme d’affaires égyptien Mohammed Al Fayed qui crée un spa et rénove l’hôtel.

31 août 1997 – C’est au Ritz, dans la Suite Impériale,  que la Princesse Diana et son amant Dodi Al Fayed (fils de Mohammed Al Fayed) ont dîné avant leur accident de voiture sous le pont de l’Alma à Paris.

2013 – Le Ritz se refait une beauté, toujours dans le même style toutefois. Les travaux se terminent en 2016 après un incendie important lors des travaux dans les combles et la toiture.

En avril 2018, le Ritz vend 10 000 pièces de son mobilier aux enchères, tabouret du bar Hemingway, linge de maison, baignoire du 19e siècle…

Le RITZ a servi de décor à de nombreuses scènes de films et aussi à des émissions télévisées :

« Un américain à Paris (1951) de Jerry Mulligan avec Gene Kelly, Ariane (1957) (Love in the afternoon) de Billy Wilder, Comment voler un million de dollars (1966) de William Wyler, Les Rois Mages (2001) de Bernard Campan et Didier Bourdon, Da Vinci Code (2006) de Robert Langdon…

Le journal des Palaces

 

Hôtel Palace George V***** Quartier Champs-Elysées PARIS

31, avenue George V – Paris 8ème
Propriétaire : Prince Al Waleed (Arabie saoudite)
Exploitant : Four Seasons Hotels and Resorts

https://youtu.be/MGuK7vgzulA?t=2m3s

LE GEORGE V, UN PALACE***** PARISIEN AU STYLE ART DÉCO ET UN RESTAURANT***

244 chambres dont un quart sont des suites (30 avec terrasses privées) et 3 restaurants étoilés au guide Michelin 2017

Prix des chambres de 1100 environ à 22000 euros  pour la Suite                   Penthouse 

L’hôtel George V a ouvert ses portes en 1928, pendant ce qu’on appelle « les années folles » et,  dès cette époque, c’est un hôtel de luxe avec salle de bain dans chaque chambre et « taxi privé aérien » en liaison avec les capitales européennes, les champs de course de Deauville et les plages du Touquet. L’hôtel porte le nom du roi britannique George V en raison des excellentes relations franco-anglaises pendant ces années 1930.


Appartement/Suite Penthouse avec vue sur la Tour Eiffel
Romantique !

A l’ouverture de l’hôtel, la presse anglo-saxonne fut emballée par la netteté des lignes de façade en pierre blanche et par son style moderne français Art Déco tranchant avec le style haussmannien. Très rapidement, de nombreuses personnalités du monde du spectacle et des arts vont fréquenter l’hôtel ainsi que des hommes d’affaires internationaux et autres personnalités. La clientèle est, à cette époque, majoritairement américaine (la traversée de l’Atlantique se fait alors en bateau – arrivée dans les ports de Cherbourg et du Havre). Parmi les premières personnalités à avoir séjourné à l’hôtel George V on compte Greta Garbo, Marlène Dietrich, Gene Kelly, Gary Cooper, Vivian Leigh, Burt Lancaster, John Wayne, et plus tard les Rolling Stones, Beatles…

Au fil des ans et surtout grâce au deuxième propriétaire de l’hôtel François Dupré, grand amateur d’art, l’hôtel va s’enrichir d’oeuvres d’art.

L’actuel propriétaire (depuis 1997) est le Prince Al Walid Bin Talal. L’hôtel s’est depuis complètement transformé tout en gardant ses caractéristiques et oeuvres d’art.

Site  de l’hôtel***** George V 

En plus des multiples services offerts à la clientèle comme un institut de beauté, un salon de coiffure, des boutiques, un centre d’affaires, on peut se détendre ou se restaurer :

♦ au restaurant gastronomique Le Cinq*** (3 étoiles au Guide Michelin 2018), chef cuisinier Christian Le Squer -12 années consécutives avec 3 étoiles-.

♦ au restaurant Le George* (1 étoile au Guide Michelin 2018), chef cuisinier Simone Zanoni.

♦ au restaurant L’Orangerie* (1 étoile au Guide Michelin 2018), chef cuisinier David Bizet.

♦ au salon de thé La Galerie

♦ au Bar

Le cadre de cet hôtel reconnu comme l’un des plus prestigieux de Paris et du monde entier a souvent servi à des évènements majeurs comme :

en 1929, la réunion des experts chargés du réglement des réparations de guerre. L’hôtel se transforme alors en succursale de la « Société des Nations ».

en 1930, l’hôtel accueille Coste et Bellonte après leur premier vol transatlantique sans escale entre Paris et Dallas via New-York.

en 1944, le général Eisenhower installe dans l’hôtel son quartier général (après la libération de Paris en Août 1944).

– des conférences de presse tenues par des présidents tels que Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterand, Jimmy Carter, Richard Nixon…

Hôtel Palace le PENINSULA***** Avenue Kléber 16e PARIS

19, avenue Kléber (16e arrondissement)

Propriétaire : The Hongkong and Shanghai Hotels et Katara Hospitality
Exploitant (en 2018) The Peninsula Hotels

Premier hôtel du groupe Peninsula en Europe.

L’hôtel, construit en 1908,  se situe non loin de l’Arc de Triomphe et de l’avenue des Champs Élysées sur l’une des 12 avenues qui partent de la place de l’Étoile.  Il a été entièrement restauré et modernisé avant d’ouvrir en 2014.  L’immeuble, auparavant, abritait des enfilades de bureaux reliés au ministère des Affaires Étrangères.                                                                                                                   

Le personnel de l’hôtel : 600 salariés dont 114 cuisiniers.

L’hôtel dispose de 200 chambres dont 34 Suites réparties sur 6 étages. Certaines Suites/appartements du dernier étage ont un accès privé à des jardins et bénéficient d’une entrée particulière.

Chambres (de 30 à 50m²) à partir de 800 euros jusqu’à 25000 pour la Suite Peninsula (318m²) au 1er étage, avec triple salons, piano à queue laqué, bureau, salle à manger pour 12 convives…

Comme pour tout palace, de nombreux services sont à disposition de la clientèle comme un Spa Peninsula de 1800 m² et une piscine de 20 m de long. C’est la plus grande surface attribuée à un Spa de tous les palaces et plus grande piscine aussi -15 mètres en général dans les autres hôtels palaces de luxe-. Un Spa avec 6 cabines individuelles et 2 Suites privatives, saunas, hammams, bassins vitalité…

On peut trouver aussi dans l’hôtel un salon de coiffureun centre de fitness,  des espaces de réunion et de réception -un grand salon pouvant accueillir jusqu’à 100 personnes, et 3 espaces un peu plus petits.

https://youtu.be/-vWGgGmKMLY

>>> VOIR LE SITE THE PENINSULA PARIS

Pour se restaurer ou se détendre autour d’un verre :

6 restaurants (gastronomiques chinois/français et sortes de brasseries), un bar.

♦ le Lili, restaurant cantonais qui porte le nom d’une cantatrice chinoise du début du 20e siècle. La décoration est un hommage aux opéras chinois et français. Chef cuisinier chinois : Tang Chi Keung

La Table des Chefs – Possibilité de dîner à 6 convives autour d’une table  pour découvrir l’activité des cuisines.

♦ le restaurant L’Oiseau Blanc au dernier étage de l’établissement avec superbe vue sur les monuments de Paris. L’Oiseau Blanc pour rappeler le nom de l’avion biplan des aviateurs Nungesser et Coli qui tentèrent  la première traversée aérienne de l’océan Atlantique nord et disparurent le 8 mai 1927. On y mange de la cuisine française, chef cuisinier Sydney Redel.

En été, l’Oiseau Blanc ouvre sur une terrasse pouvant accueillir 40 personnes avec une vue panoramique sur Paris.

♦ le Rooftop, comme son nom l’indique en anglais se trouve sur le toit de l’immeuble au 6ème étage avec, comme la terrasse du restaurant L’Oiseau Blanc,  une vue superbe sur les monuments de la capitale. Pour les petites faims, pour un cocktail de fruits frais ou un apéritif.

♦ le Lobby, restaurant gastronomique avec orchestre dans une salle majestueuse avec miroirs et  des moulures restaurées  à la feuille d’or rappelant la Belle Époque (période correspondant à la fin du XIXe siècle -19e- jusqu’au début de la 1ère guerre mondiale en 1914).

La Terrasse Kléber, sans doute la plus grande terrasse couverte de tous les Palaces de Paris. On y mange de la cuisine de saison à toute heure de la journée. Accès direct à l’avenue Kléber. La Terrasse Kléber est le prolongement du restaurant Le Lobby et du Bar Kléber.

Le Bar Kléber avec son intérieur en chêne et dorures. C’est à ce même endroit  que furent signés les Accords de paix de Paris mettant fin à la guerre du Vietnam en 1973.

Le Lounge Kléber, pour prendre un verre et choisir de quoi fumer dans la cave à cigares -exclusivement pour les habitués du palace-.

UN PEU D’HISTOIRE

Dès 1908, l’immeuble est un hôtel de luxe, l’Hôtel Majestic.  Parmi les gens célèbres qui ont fréquenté l’établissement :  Marcel Proust, Pablo Picasso, Igor Stravinsky, George Gershwin…

 

 

En 1928, George Gershwin loue une Suite dans l’hôtel Majestic où il écrit sa célèbre composition « An American in Paris » (Un Américain à Paris).

1936 – L’état français rachète l’immeuble, propriété de l’état qui est alors affecté à la direction du ministère de la Défense et de la Guerre.

Guerre 1940-45 – L’hôtel devient  la Kommandantur – le siège de l’état-major allemand pendant la période d’occupation nazie.

De 1946 à 1958 – Il est le siège provisoire de l’UNESCO;

1958 – C’est le Centre international de conférence du Ministère français des affaires étrangères qui s’y installe.

1973 – C’est dans l’hôtel Majestic que sont signés les Accords de paix de Paris qui mettent fin à la guerre du Vietnam.                      Les Américains s’engagent à retirer leurs troupes dans les 60 jours cependant que les Nord-Vietnamiens s’engagent à libérer leurs prisonniers américains.

2007 – L’état français vend le bâtiment. Le ministère des affaires étrangères et européennes continue d’occuper l’immeuble jusqu’au 31 mars 2009 en payant un loyer.

La société immobilière qatarie Barwa Real Estate achète l’immeuble en avril 2007 pour 404 millions d’euros. Elle le revend quelques mois plus tard en août 2017 pour 456 millions d’euros ! Affaire juteuse !

Rachat par le groupe hôtelier chinois The Hongkong and Shanghai Hotels

2014 – Après 4 années de travaux commencés en 2010, le Peninsula ouvre ses portes.

2015 – Création du Prix The Peninsula Classics Best of the Best Award pour élire la voiture de légende de l’année la plus exceptionnelle. Les fondateurs du groupe The Hongkong and shanghai hotels, passionnés de voitures anciennes, souhaitaient faire un petit clin d’oeil à l’histoire française  puisque c’est à Paris au XVIIe siècle (17e) que sont nés les concours d’élégance avec des rassemblements de calèches !

2016 – L’hôtel reçoit la distinction suprême de palace*****