Archives par mot-clé : hôtel

Hôtel Palace George V***** Quartier Champs-Elysées PARIS

31, avenue George V – Paris 8ème
Propriétaire : Prince Al Waleed (Arabie saoudite)
Exploitant : Four Seasons Hotels and Resorts

https://youtu.be/MGuK7vgzulA?t=2m3s

LE GEORGE V, UN PALACE***** PARISIEN AU STYLE ART DÉCO ET UN RESTAURANT***

244 chambres dont un quart sont des suites (30 avec terrasses privées) et 3 restaurants étoilés au guide Michelin 2017

Prix des chambres de 1100 environ à 22000 euros  pour la Suite                   Penthouse 

L’hôtel George V a ouvert ses portes en 1928, pendant ce qu’on appelle « les années folles » et,  dès cette époque, c’est un hôtel de luxe avec salle de bain dans chaque chambre et « taxi privé aérien » en liaison avec les capitales européennes, les champs de course de Deauville et les plages du Touquet. L’hôtel porte le nom du roi britannique George V en raison des excellentes relations franco-anglaises pendant ces années 1930.


Appartement/Suite Penthouse avec vue sur la Tour Eiffel
Romantique !

A l’ouverture de l’hôtel, la presse anglo-saxonne fut emballée par la netteté des lignes de façade en pierre blanche et par son style moderne français Art Déco tranchant avec le style haussmannien. Très rapidement, de nombreuses personnalités du monde du spectacle et des arts vont fréquenter l’hôtel ainsi que des hommes d’affaires internationaux et autres personnalités. La clientèle est, à cette époque, majoritairement américaine (la traversée de l’Atlantique se fait alors en bateau – arrivée dans les ports de Cherbourg et du Havre). Parmi les premières personnalités à avoir séjourné à l’hôtel George V on compte Greta Garbo, Marlène Dietrich, Gene Kelly, Gary Cooper, Vivian Leigh, Burt Lancaster, John Wayne, et plus tard les Rolling Stones, Beatles…

Au fil des ans et surtout grâce au deuxième propriétaire de l’hôtel François Dupré, grand amateur d’art, l’hôtel va s’enrichir d’oeuvres d’art.

L’actuel propriétaire (depuis 1997) est le Prince Al Walid Bin Talal. L’hôtel s’est depuis complètement transformé tout en gardant ses caractéristiques et oeuvres d’art.

Site  de l’hôtel***** George V 

En plus des multiples services offerts à la clientèle comme un institut de beauté, un salon de coiffure, des boutiques, un centre d’affaires, on peut se détendre ou se restaurer :

♦ au restaurant gastronomique Le Cinq*** (3 étoiles au Guide Michelin 2018), chef cuisinier Christian Le Squer -12 années consécutives avec 3 étoiles-.

♦ au restaurant Le George* (1 étoile au Guide Michelin 2018), chef cuisinier Simone Zanoni.

♦ au restaurant L’Orangerie* (1 étoile au Guide Michelin 2018), chef cuisinier David Bizet.

♦ au salon de thé La Galerie

♦ au Bar

Le cadre de cet hôtel reconnu comme l’un des plus prestigieux de Paris et du monde entier a souvent servi à des évènements majeurs comme :

en 1929, la réunion des experts chargés du réglement des réparations de guerre. L’hôtel se transforme alors en succursale de la « Société des Nations ».

en 1930, l’hôtel accueille Coste et Bellonte après leur premier vol transatlantique sans escale entre Paris et Dallas via New-York.

en 1944, le général Eisenhower installe dans l’hôtel son quartier général (après la libération de Paris en Août 1944).

– des conférences de presse tenues par des présidents tels que Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterand, Jimmy Carter, Richard Nixon…

Hôtel Palace de CRILLON*****- Place de la Concorde – PARIS

10, place de la Concorde – 75008 PARIS
Un des plus anciens et des plus luxueux hôtels du monde

Propriétaire depuis 2010  : Mutaib Ben Abdallah Ben Abdelaziz
membre de la famille royale saoudienne
Exploitant : Groupe Rosewood Hotels & Resorts
basé à Hong-Kong,

UN PALACE CHARGÉ D’HISTOIRE !

Comme plusieurs autres palaces parisiens -le Plaza Athénée ou le Ritz-, l’hôtel a fait peau neuve et au bout de 4 années de travaux  a réouvert au public fortuné en juillet 2017.

Cet hôtel de luxe, de 7 niveaux,  se situe entre le Jardin des Tuileries et les Champs Elysées d’un côté et l’église de la Madeleine et l’Assemblée Nationale d’un autre côté. Il possède 124 chambres et suites, et est meublé en style Louis XV.   L’hôtel de Crillon est un des hôtels les plus anciens au monde, sa façade et trois de ses salons sont classés aux monuments historiques -le Salon des Batailles, le Salon des Aigles et le Salon Marie-Antoinette qui peuvent communiquer entre eux pour les grandes manifestations-.

Continuer la lecture de Hôtel Palace de CRILLON*****- Place de la Concorde – PARIS

Hôtel Palace LE BRISTOL***** Quartier Champs-Elysées PARIS

112, rue du Faubourg Saint Honoré – 75008 Paris
Style Art Déco – XVIIIe
Propriétaire : Groupe Oetker Collection (en 2018)

                                LE RENDEZ-VOUS DES COUTURIERS ET                                   DES PASSIONNÉS DE MODE

UN PALACE******  ET UN RESTAURANT***

Le BRISTOL, ouvert depuis 1925 par Hippolyte Jammet,  est un hôtel palace de luxe cinq étoiles situé dans le 8e arrondissement de Paris, tout près des Champs Elysées et du Palais de l’Elysée (là où travaille et réside le président de la République française). En plein coeur du quartier de  la mode et des galeries d’art.

⇒ Site internet  LE BRISTOL

Continuer la lecture de Hôtel Palace LE BRISTOL***** Quartier Champs-Elysées PARIS

Hôtel Palace LE PLAZA ATHÉNÉE*****- Avenue Montaigne – PARIS

25, avenue Montaigne – Paris 8ème arrondissement
Propriétaire : Brunei Investment Agency
Exploitant : Dorchester Collection

L’hôtel a bénéficié d’un an de travaux en 2013 et a réouvert en 2014.
Style Régence, Louis XV et Louis XVI pour les six premiers étages
Style Art Déco – années 1930 pour les deux derniers étages

UN PALACE*****  ET UN RESTAURANT*** 

Le Plaza Athénée a fini d’être construit en 1909 et a été inauguré en 1911. Il est situé proche des Champs-Elysées, de la Tour Eiffel et des quais de la Seine, dans un quartier aux enseignes de luxe comme Chanel, Dior, Valentino, Prada, Louis Vuitton, Thierry Mugler, Calvin Klein, Hermès… L’avenue Montaigne est réputée pour ses boutiques de Haute Couture.

C’est un hôtel de 8 étages de style haussmannien avec 5 salons de réception et conférence,  208 chambres et  Suites, de 30m² à 450m² pour la Suite Royale qui bénéficie de 4 chambres, 4 salles de bain, 2 salons, 1 bureau, 1 jacuzzi, hammam – sauna, 1 cuisine,  et 1 terrasse donnant sur la Tour Eiffel -véritable appartement de standing-.

Les prix vont (en 2018) de 715 euros pour les chambres les plus « simples » jusqu’à 27000  euros pour la Suite Royale pour une nuit. La Suite Eiffel Terrasse, à 11000 euros la nuit,   bénéficie d’une vue directe sur la Tour Eiffel de toutes les pièces même dans la salle de bain et d’une terrasse de 28 m² avec  une vue sur Paris à 360°.

https://youtu.be/0xqoRbchBrM

Le Plaza Athénée est un immeuble haussmannien à la couleur dominante  « rouge Plaza ».

LE PALACE  EN CHIFFRES

En 2013, l’hôtel :

    • comptait 500 à 600 employés pour 84 corps de métier,
    • travaillait avec 3000 fournisseurs
    • détenait une cave de 35000 bouteilles  (1700 références)
    • fleurissait grâce à 250 000 roses et 100 000 orchidées par an

Au-delà des chambres et suites, pour se restaurer ou prendre du bon temps on trouve :

  • aux commandes des 5 restaurants du Plaza, le Chef cuisinier Alain Ducasse*** (le Chef cuisinier le plus étoilé du monde), 3 étoiles au Guide Michelin.  Il possède son propre restaurant gastronomique à l’intérieur du Plaza Athénée, « Alain Ducasse au Plaza Athénée« 
  • le restaurant extérieur « La Cour Jardin« 
  • la brasserie « Le relais Plaza » (existe depuis 1936)
  • le salon de thé « La Galerie« 
  • « la Terrasse Montaigne » pour prendre un verre le long de l’avenue Montaigne ou manger sur le pouce.
  • Le chef étoilé Alain Ducasse supervise les 5 endroits de restauration du palace.
  • le Bar du Plaza  style Art déco
  • Le Spa Dior Institut

De nombreuses personnalités internationales sont passées au Plaza comme Joséphine Baker, Rudolph Valentino, Maurice Chevalier, Grace Kelly, Gary Cooper, Jackie Kennedy, les Ford, les Rockfeller, le roi Fayçal 1er, Marlène Dietrich, Jean Gabin,  Winston Churchill, Alfred Hitchcock, Frank Sinatra, Mick Jagger, Harrison Ford, Michael Jackson, Shakira…

⇒ Site internet du Plaza Athénée

Le Plaza Athénée a servi de décor à de nombreuses scènes de films

Quelques exemples,  La Neuvième porte (1999) de Roman Polanski, Tout peut arriver (2003) de Nancy Meyers, un épisode de la série Sex and the City, (2004), Le Diable s’habille en Prada (2006), Rush Hour 3 (2007) de Brett Radner, L’Arnacoeur (2010) de Patrick Chaumeil,  Mauvaise Fille (2012) de Patrick Mille…

UN PEU D’HISTOIRE

1906-1909 – Construction de l’hôtel dans le style haussmannien comme tous les quartiers du centre de la capitale (voir mon article sur Haussmann dans ce site)

1911 – Inauguration de l’hôtel qui accueille, au début, une clientèle d’artistes de la musique dû à la présence du Théâtre des Champs-Elysées tout à côté qui ouvre ses portes à la même période.

1939-45 – Pendant la seconde guerre mondiale, l’hôtel sert d’abord au commandement allemand puis au commandement américain.

Anecdote : L’hôtel Plaza Athénée se reconnaît très bien à tous les géraniums rouge placés devant toute les fenêtres du Palace. Il y a une raison à la présence des ces fleurs. En 1941 , une histoire d’amour passionnelle mais éphémère va naître entre deux célébrités,  Marlène Dietrich, actrice et chanteuse allemande naturalisée américaine en 1939 et Jean Gabin acteur français. La guerre va les séparer. Jean Gabin s’engage en 1943 pour défendre son pays de l’invasion nazie et Marlène Dietrich chante pour les soldats américains. Malgré les relances amoureuses de Marlène, leur histoire ne continuera pas. En mémoire des bons moments qu’elle a passés au Plaza avec Jean Gabin, elle s’installe en 1962 dans un appartement juste en face du palace au 12 avenue Montaigne et    fleurit ses fenêtres avec des géraniums rouge. Elle y restera jusqu’à sa mort en 1992. C’est en hommage à ces deux acteurs que, depuis, toutes les fenêtres du Palace sont fleuries de géraniums et que la couleur du Plaza est le rouge.

1947 – Christian Dior installe sa maison de couture avenue Montaigne pour être non loin  du Plaza.

1995 – La concurrence s’accroît – gros travaux de rénovation.

1999 – Le directeur de l’hôtel fait appel à Alain Ducasse pour superviser la restauration de l’hôtel.

2000 – L’hôtel est entièrement rénové. Alain Ducasse installe son restaurant au Plaza et un bar est créé qui va devenir un lieu très tendance à Paris.

2000-2016 – Celui qui va devenir Champion du monde de pâtisserie en 2015 Christophe Michalak arrive au Plaza Athénée. En 2016, il quitte le palace pour voler de ses propres ailes et se consacrer au développement de sa marque.

2001 – Dorchester Collection assure à partir de cette date la gestion de l’hôtel pour l’agence d’investissement du Brunei.

2001 – Le bar est décoré par Patrick Jouin.

2003 – Deux décoratrices Bettina Mortemard et Marie-José Pommereau se voient attribuer la rénovation de 148 chambres et 46 Suites.

2005 – Création de la Suite Royale – 450 m² –

2006 – Création de la Suite Terrasse Eiffel – avec une vue sur la Tour Eiffel depuis toutes les fenêtres de la Suite.

2008 – Ouverture du Spa Dior Institut

2013-2014 – Rénovation Bruno Moinard /  Marie-José Pommereau

 

Hôtel Palace LE FOUQUET’S***** Avenue des Champs-Elysées PARIS

https://youtu.be/1FKGO-pBioU

      Restaurant/Brasserie 99 avenue des Champs-Elysées Paris 8e         Hôtel : 46, Avenue George V – Paris 8e
Propriétaire : le groupe Barrière (depuis 1998)

LE FOUQUET’S – PALACE DES ARTISTES

Le Fouquet’s est situé à l’angle de l’Avenue des Champs-Elysées et de l’Avenue George V non loin de l’Arc de Triomphe.
 .

Le restaurant/brasserie « Le Fouquet’s » et « Le Bar de l’Escadrille » sont très célèbres depuis plus d’une centaine d’années. Ils sont tous deux répertoriés au Monuments historiques depuis 1988.

Le palace cinq étoiles qui complète l’endroit a été inauguré en novembre 2006. Il s’étend sur 5 bâtiments de style haussmannien ou rappelant le style haussmannien (voir mon article  sur le bouleversement architectural de Paris au XIXe- baron Haussmann ).
⇒  Site du Fouquet’s
D’importants travaux ont été réalisés pendant 6 mois  en 2017 -première fois depuis 1899 que la brasserie fermait- pour agrandir l’hôtel de 19 chambres et Suites avec vue sur l’Arc de Triomphe. L’hôtel a réouvert mais les travaux continuent jusque fin 2018.

UN PALACE  DEPUIS 2006

.
On compte à présent 81 chambres et 33 Suites dont la Suite Présidentielle de 210 m² au 5ème étage qui bénéficie d’une très belle vue sur les Champs-Élysées et la Tour Eiffel. Il y a la possibilité de privatiser l’étage qui devient alors la  Grande Suite de Paris avec une surface de 535 m².
.C

Le prix des chambres varie de 630 euros  la chambre simple pour une nuit  à 15 000 euros pour la Suite Présidentielle.

En plus des services à la personne pour la détente (Spa Diane Barrière de 705 m² rénové en 2017, piscine chauffée à 31° sous les Champs-Élysées, centre de fitness, une boutique de parfums by Fouquet’s) on peut se restaurer, grignoter ou prendre un verre  :
♦ à la célèbre brasserie  Fouquet’s soit à l’intérieur  où des photos d’artistes du monde des arts ou du cinéma ayant fréquenté le lieu sont affichées, soit à l’extérieur sur les fameuses terrasses qui donnent sur l’avenue des Champs-Élysées et sur l’avenue George V. Carte créée par le Chef cuisinier étoilé : Pierre Gagnaire***.
.
♦ à la Galerie Joy, à l’étage,  donnant sur un jardin intérieur, où on peut manger petits gâteaux ou finger-sandwichs délicieux ou prendre un cocktail le soir.
.

♦ au fameux  Bar de l’Escadrille avec portrait d’aviateurs au mur.

                                                                                                                                                    Ce sont des lieux qui ont toujours été fréquentés par les artistes,  gens de culture et aussi par les tout premiers aviateurs (d’où le nom d’Escadrille) au début du XXème siècle. Aujourd’hui c’est un endroit prisé des gens du show-business et du Tout Paris. De nombreuses fêtes y sont données et notamment les dîners de gala après la Cérémonie des Césars (Cinéma) et la Cérémonie des Molières (Théâtre) tous les ans.                                                                                                                                                                                                                                                                Beaucoup de gens célèbres se sont attablés au Fouquet’s comme Raymond Poincaré, Ettore Bugatti, Raimu, Pierre Brasseur, Colette, Arthur Rubinstein, Theodore Roosevelt, Aristide Briand, Jean Gabin, Marlène Dietrich, Sacha Guitry, Jean-Luc Godard, Jean-Paul Belmondo, Pedro Almodovar, Kevin Costner, Kate Winslet, Harrison Ford…

                                                                                                                    UN PEU D’HISTOIRE

C’est en 1899 que Louis Fouquet, limonadier, ouvre son bar au rez-de-chaussée d’un immeuble construit en 1863 sur l’emplacement d’un petit café pour cochers. Il lui donne  un nom à consonance anglo-saxonne « The Criterion-Fouquet’s Bar ». La mode était à l’américanisme à cette époque. La riche clientèle des hôtels particuliers récemment construits (1)  y buvait des « american drinks » ou des « cocktails » et on y mangeait des « grillades à la britannique ».
En 1905, à la mort de Louis Fouquet, c’est Léopold Mourier déjà célèbre pour plusieurs autres restaurants de renom à Paris  qui reprend l’affaire. Il fait faire des travaux somptuaires en utilisant le bois d’acajou et propose une cuisine élaborée (spécialités : Tournedos Rossini, sole au champagne, bécasse flambée, soufflé Grand Marnier).  Le Fouquet’s va rapidement attirer le Tout-Paris aussi bien le monde politique, littéraire, le monde des héros de l’aviation, de la haute couture, de la musique, du théâtre, de l’automobile, du cinéma.
En 1903, le Brésilien Alberto Santos-Dumont (en photo) fait atterrir son aéronef sur les Champs-Élysées et vient fêter son exploit dans le bar du Fouquet’s.   Dans les années qui suivent et pendant la 1ère guerre mondiale 1914-18, les as de l’aviation naissante (Dos Santos, Charles Nungesser, George Guynemer, et d’autres) se donnent rendez-vous au bar situé au fond de la salle du rez-de-chaussée du Fouquet’s. Celui-ci trouve alors son nom : Le Bar de l’Escadrille.        Une chanson de 1942 en l’honneur des courageux aviateurs.
Léopold Mourier décède en 1923 et ce sont Louis Barraya et Maurice Drouant qui prennent la suite.  La Fouquet’s bénéficie alors de la clientèle des cinémas qui commencent à apparaître sur les Champs-Elysées.  Le célèbre acteur Raimu se sert de  l’endroit comme d’un « bureau ». On y signe de gros contrats cinématographiques, 36 films y auraient été signés.

                                                                                                                                              Dans les années 1960-1970, le Fouquet’s est un peu délaissé, quelques célébrités y viennent encore et c’est Maurice Casanova qui rachète l’endroit et qui va le faire renaître. C’est lui qui va ajouter deux terrasses couvertes. Les people, écrivains, acteurs reinvestissent le lieu. Maurice Casanova organise des dîners après la Cérémonie des César (années 1970) et la Cérémonie des Molières.

C’est au propriétaire du Fouquet’s et à ses amis que l’on doit l’illumination des Champs-Elysées à Noël et le prix littéraire Marco Polo ainsi que le Prix Marco Polo de la meilleure cuisine étrangère à Paris.
                                                                                                                                            1965-2005 Le célèbre animateur de l’émission culte Pop-Club sur France Inter, José Artur,  s’installe avec ses micros au Fouquet’s en 1965. L’émission, le soir de 22 h à 23h30,  ne s’arrêtera que 40 ans plus tard en 2005 après des milliers d’interviews de célébrités.
On y décerne chaque année aussi le Prix Louis Delluc (considéré comme l’équivalent du Prix Goncourt en littérature) qui récompense le meilleur film français sorti dans l’année ainsi que le Prix (Roger) Nimier qui récompense un jeune écrivain.
Les dîners de premières cinématographiques ou théâtrales s’y enchaînent également.
1988 Le Fouquet’s est en fin de bail et le consortium koweïtien propriétaire de l’immeuble et des murs du restaurant donne congé au restaurateur et envisage de reconstuire un immeuble et une galerie marchande à l’emplacement du Fouquet’s. Des personnalités se mobilisent et c’est Jack Lang, ministre de la culture, qui annonce  « Je signerai ce soir-même l’arrêté d’inscription du Fouquet’s à l’Inventaire des monuments historiques. » Le Fouquet’s est sauvé !

 

Fin des années 1990, le Fouquet’s passe dans les mains de Diane Barrière-Desseigne héritière du groupe Barrière et habituée des lieux. Elle connaît tout le monde et tout le monde la connaît. Elle refait la décoration et  redynamise le lieu. Malheureusement, en 2001, elle est victime d’un accident d’avion et meurt à 44 ans. Le groupe Barrière est resté propriétaire des lieux (depuis 1998).