Archives par mot-clé : hôtel

Hôtel des Invalides – Le Musée de l’Armée

Retour à la page « Paris intra-muros »

Hôtel des Invalides

PARIS – 7e

Aujourd’hui, l’un des plus grands musées d’art et d’histoire militaire au monde et aussi l’endroit où repose l’empereur Napoléon dans son tombeau, sous le dôme.

L’Hôtel des Invalides fait face à la Seine, au pont Alexandre III et au Petit et Grand Palais.

« Un hostel royal pour y loger tous les officiers et soldats tant estropiés que vieux et caduques »

Audio Les Invalides

UN PEU D’HISTOIRE

Édit royal d’avril 1674 de Louis XIV : « Nous fondons, établissons et affectons à perpétuité ledit hôtel royal que nous avons qualifié du titre des Invalides, lequel nous faisons construire au bout du faubourg Saint-Germain de notre bonne ville de Paris, pour le logement, subsistance et entretènement (1) de tous les pauvres officiers et soldats de nos troupes qui ont ou seront estropiés ou qui, ayant vieilli dans le service en icelles (2), ne seront plus capables de nous en rendre ».

Le roi Louis XIV venant inaugurer l’église Saint-Louis des Invalides

Tableau de Pierre-Denis Martin – Musée Carnavalet

L’Hôtel des Invalides a été construit à la fin du XVIIe siècle sur ordre de Louis XIV. Il était destiné à accueillir des invalides de guerre de l’armée royale – ceux qui avaient été très grièvement blessés ou bien les invalides trop âgés pour se battre. Il y eut jusqu’à 4000 pensionnaires. Les guerres successives sous la Révolution et l’Empire firent que Napoléon dut créer d’autres annexes pour accueillir les grands blessés comme à Versailles, à Avignon ou à Gand. En 1812, on comptait 26000 invalides. Puis, il y eut une période de paix assez longue et les annexes furent fermées. Il ne restait plus alors que l’Hôtel des Invalides à Paris pour recueillir les militaires estropiés.

AUJOURD’HUI

Les Invalides accueillent encore de nos jours des combattants blessés ou mutilés dans des guerres où la France a été impliquée.

Mais ce que les touristes viennent voir à l’Hôtel des Invalides c’est le tombeau de Napoléon qui repose dans une crypte sous le dôme doré -recouvert de 550 000 feuilles d’or -de l’église Saint-Louis des Invalides. D’autres personnalités militaires y reposent comme  Vauban (le coeur seulement), le Maréchal Leclerc, deux frères de Napoléon 1er..

                            
1,98 m c’est la taille du roi François 1er (1494-1547) qui devait   dépasser  largement  toutes  les  personnes  de  sa  cour puisque la taille moyenne à cette époque était de 1,50 m. C’est grâce à cette armure (en photo) que l’on a pu connaître sa taille exacte car  cet  ensemble  équestre était  un cadeau sur mesure offert  par   Charles  Quint    au roi français.  Malheureusement, François 1er  est mort   avant d’avoir pu recevoir ce somptueux cadeau  qui  a été  ramené  en  France  en  1806   sur  ordre  de Napoléon 1er.

Les visiteurs peuvent aussi admirer les collections anciennes du musée militaire qui figurent parmi les plus belles du monde avec celle de Vienne en Autriche et celle de Madrid en Espagne pour la splendeur, la variété et aussi la qualité des objets proposés. On peut ainsi y voir des armures princières françaises et étrangères, l’armure de François 1er ou celle d’Henri IV par exemple, l’arbalète de Catherine de Médicis, des armures de petits princes qui apprenaient à se battre dès l’âge de 6 ans, -l’armure de Louis XIII-, des cottes de maille, des mousquets, des épées royales, des pistolets, des équipements complets de chevaliers… On peut y voir aussi des uniformes, de l’artillerie enfin tout ce qui se rapporte aux épisodes militaires du XIIIe siècle à 1945.

 

(1) « entretènement » = fait d’entretenir / de maintenir en bon état – ce mot a été remplacé depuis par « entretien »

(2) « icelles » = ancienne façon de dire « celles-ci »

Le quartier du Marais à Paris

Retour à la page « Paris intra-muros »

Une partie des 3ème et 4ème  arrondissement

Audio 1 le quartier du Marais

Le Quartier du Marais est situé dans un triangle Hôtel de Ville / place de la Bastille / place de la République (3ème-4ème arrondissement). Rive droite de la Seine. (petites anecdotes du quartier sur le site très bien fait Paris le nez en l’air).

Il est considéré comme l’un des plus beaux quartiers de PARIS (les traces d’un passé historique riche sont nombreuses du fait que le quartier a été épargné au XIXème siècle par les grands travaux du Baron Haussmann – celui qui a complètement remanié l’apparence de PARIS).

A l’origine, ce n’est qu’un vaste endroit marécageux qui va commencer à être habité vers le XIIIème siècle. Des couvents, monastères s’y installent, assèchent les marais et commencent la culture (le potager de Paris).

Charles V fait construire en 1185 l’hôtel St-Pol, puis l’hôtel des Tournelles où résideront les rois et leurs familles jusqu’à Henri III (1551-1589)

Place des Vosges

La place des Vosges Henri IV (1589 – 1610) décide de créer la place Royale (aujourd’hui Place des Vosges).

Le Marais va connaître son heure de gloire au XVIIème siècle jusqu’à la Révolution (1789) et la chute de Louis XVI. Les hôtels particuliers (en belles pierres et en briques) sont très nombreux. Les jardins et les grandes cours aussi. C’est l’époque des « Salons » où se rencontrent tous les « beaux esprits » de Paris (savants, poètes, écrivains, hommes politiques…).

Site Paris MaraisPour voir le plan du quartier du Marais plus précisément et connaître tout sur l’histoire du quartier en détail, les hôtels, restaurants, bars, boutiques… cliquez ICI !

Les salons littéraires furent presque toujours présidés par des femmes. C’est dans ces endroits que s’est développé le goût de la conversation, de l’échange des idées, de la lecture de certains écrits…(Peut-être une caractéristique française ? Il paraît que nous parlons beaucoup !). On y parlait de toutes les « choses de l’esprit », ce qui immanquablement a influé sur les moeurs et la littérature elle-même.

Le premier salon littéraire connu s’est tenu à l’Hôtel de Rambouillet (à l’emplacement du Palais Royal)en 1608. Salon tenu par la Marquise de Rambouillet –  Catherine de Vivonne ou Arthénice (l’anagramme de Catherine – c’était une habitude de changer le nom).

Au XVIIème siècle c’est le salon du baron d’Holbach qui est très recherché. Des gens comme Rousseau, Diderot, Grimm…le fréquentent.

Au XIXème siècle c’est le salon de Charles Nodier qui intéresse la haute société intellectuelle. Il est situé au premier étage de la Bibliothèque de l’Arsenal dans le 4ème arrondissement – 1, rue de Sully. On pouvait y croiser, Victor Hugo, Lamartine, Alfred de Musset, Alexandre Dumas, Honoré de Balzac, Alfred de Vigny…

Hotel de Soubise

L’Hôtel de Soubise et de Rohan  
(XVIème)  – Archives Nationales 60, rue des Francs Bourgeois

Audio le quartier du Marais

Après la Révolution (1789), le quartier va tomber petit à petit à l’abandon, laissant la place à de petites entreprises, ouvriers, artisans… qui occupent ces anciens hôtels et qui construisent des ateliers dans les anciennes cours.

La noblesse choisit, elle,  de s’établir vers les faubourgs St-Honoré et St-Germain.

https://youtu.be/2LVfUwukwkM

Ce n’est qu’en 1962 (grâce au ministre de la culture André Malraux) qu’une loi va protéger les vieux centres des villes, empêchant comme cela l’invasion de nouveaux projets immobiliers. Depuis 1965, le quartier du Marais est en constante rénovation. Une communauté homosexuelle s’y est implantée progressivement dans les années 80 principalement autour de la rue des Archives et de la rue du Temple.

Mais la communauté la plus ancienne de cet endroit est la communauté juive installée dans le Marais depuis le 13e siècle malgré plusieurs expulsions décidées par les pouvoirs royaux sous l’ancien régime (avant 1789). Ce n’est qu’après la Révolution et l’arrivée au pouvoir de Napoléon que la communauté juive peut enfin obtenir des libertés civiles et religieuses. De nombreux juifs ashkénazes (de l’Europe de l’Est) se sont installés aussi à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Les rues les plus typiques sont : la rue des Rosiers, la rue Mahler, la rue des Hospitalières-St-Gervais.

Plus récemment, au nord-ouest du Marais, on peut noter la présence d’une communauté chinoise.

L’intérêt de ce quartier, ce sont justement tous ces hôtels particuliers qui ont gardé pour certains des traces des divers styles qui se sont succédés à travers les siècles (décors intérieurs). Ils donnent une idée du train de vie que les gens de la Haute Société pouvaient avoir.

L’autre intérêt est l’animation débordante et aussi nocturne qui font de ce quartier un endroit très à la mode et très tendance où ils se passent toujours quelque chose, soit dans les musées nombreux dans ces arrondissements, soit dans les cafés, les bars, les restos, les galeries (vernissages), les boutiques… Le Marais attirent depuis une quarantaine d’années de nombreux artistes, créateurs de mode, des galeristes, des designers toujours à l’avant-garde mais dans une ambiance étonnamment villageoise. C’est aussi ce qui fait son charme !

Un exemple de décoration intérieure (Hôtel de Soubise)

QUELQUES HôTELS PARTICULIERS 

Beaucoup de musées occupent ces hôtels particuliers, lieux historiques comme ci-dessous.

Le musée Cognacq Jay
Hôtel de Donon (XVIe)
8, rue Elzevri (3e arrond.)
Oeuvres et objets d’art d’Ernest Cognacq (E. Cognacq et Marie-Louise étaient les fondateurs d’un des premiers grands magasins « La Samaritaine »)
Le musée Picasso →
Hôtel Salé (XVIIe)
5, rue de Thorigny (3e arrond.)
Musée consacré à la vie et à l’œuvre de Pablo Picasso et aux artistes qui lui furent liés.
 
   Le musée Carnavalet
Hôtel Carnavalet (XVIe)    
Musée de l’Histoire de Paris 23, rue de Sévigné (3e arrond.)
Le musée d’Art et d’Histoire
du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan (XVIIe)
71, rue du Temple (3e arrond.)
  
  Mémorial du Martyr Juif inconnu   17, rue G. L’Asnier (4e arrond.) Ce tombeau renferme des cendres de martyrs inconnus des camps de concentration. Au centre l’Etoile de David et au milieu une flamme éternelle. Un des premiers sites de recueillement créé onze ans après la fin de la seconde guerre mondiale.
 Le mémorial de la Shoah →
17, rue G. l’Asnier (4e arrond.)
Le mémorial de la Shoah sur le même site que le Mémorial du Martyr Juif a ouvert au public en 2005 à l’occasion du soixantième anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz et de la Journée Européenne de la Mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité. C’est aujourd’hui une institution de référence en Europe concernant la Shoah.Lieu de mémoire, musée et centre de documentation.
 

 ← Hôtel de Sully (XVIIe) 
62, rue St-Antoine (4e arrond.)
Pur style Renaissance
Siège du Centre des monuments nationaux
(expos temporaires photos)
Hôtel de Sens(XVe)
1, rue du Figuier (4e arrond.)
Bibliothèque Fornay
(Beaux Arts – Arts Décoratifs)
 ← Hôtel Guénégaud (XVIIe)       Musée de la chasse et de la nature
60, rue des Archives (3e arrond.)
Hôtel de Beauvais (XVIIe) →
68, rue François Miron – (4e arrond.)
Cour administrative d’appel de Paris Mozart y séjourna 5 mois en 1763
 
 ← Hôtel Libéral Bruant (XVIIe)
1, rue de la Perle PARIS (3e arrond.)
Centre d’art moderne et contemporain
Hôtel de Lamoignon (XVIIe)
Bibliothèque historique de Paris
24, rue Pavée PARIS (4e arrond.)L’écrivain Alphonse Daudet y a habité. Il y recevait Tourgueniev, Gustave Flaubert, Edmond de Goncourt…
 Hôtel d'Albret 31 rue des Francs-Bourgeois  ← Hôtel d’Albret
Rue des Francs Bourgeois (4e arrond.)
Siège de la Direction des Affaires culturelles de la ville de Paris
 Maison/Musée de Victor Hugo  →                    6, Place des Vosges (4ème) Il y résida de 1832 à 1848. Cette maison a été transformée en musée en l’honneur d’un des plus grands écrivains français (les cendres de Victor Hugo reposent au Panthéon). Maison de Victor Hugo place des Vosges

QUELQUES ÉDIFICES RELIGIEUX DU MARAIS

Cloître des Billetes et l’église luthérienne(XVe)
24, rue des Archives (3e arrond.)
Un des rares vestiges du Moyen Age le seul cloître médiéval restant à PARIS
 Eglise Saint Paul Saint Louis ← Église Saint-Paul-Saint-Louis
Église de style baroque (XVIIe)
Rue Saint Antoine (4e arrond.)
Église Notre Dame des Blancs Manteaux →
12, rue des Blancs Manteaux (4e arrond.)
 Eglise Notre Dame des Blancs Manteaux
Le temple du Marais ← Le Temple du Marais
Eglise Réformée (protestante)
17, rue Saint-Antoine (4e arrond.)
Synagogue de la rue Pavée →
10, rue Pavée (4e arrond.)
 
 Eglise Saint Gervais - Saint Protais ← Eglise Saint Gervais – Saint Protais
Place Saint Gervais (4e arrond.)

 

LISTE DES HÔTELS PARTICULIERS PARISIENS – cliquez ici !