Le « Jeu de paume »: ancêtre du Tennis

Le Jeu de Paume est l’ancêtre de tous les sports à raquette comme le badmington, le tennis, le squash, la pelote basque…

Il a été inventé par des moines au XIIIème siècle qui voulaient sans doute faire un peu d’exercice ! A cette époque, ils jouaient sur le sol, les murs et les poutres du cloître. Ils utilisaient une balle (appelée l’esteuf) et la paume de la main, d’où le nom jeu de paume. Pauvre main, même avec des gants de cette époque, aïe, c’était douloureux à la fin de la partie.

Plus tard, on a eu l’idée d’utiliser un « battoir » en bois pour recevoir la balle mais ce n’est qu’au XVIème siècle que la première raquette fit son apparition avec un long manche – 400 gr – 66 centimètres de long total – 16,2 cm large x 16,5 long. Actuellement, 29,10 x 39,7 (les raquettes en bois du XXème siècle n’existent plus dans les tournois depuis 1984 – elles étaient quand même plus modernes que les battoirs du XIIIème siècle !).

Quant à la balle, elle a été dans les premiers temps en laine et poils d’animaux, puis en cuir remplie de sable et de chaux. Puis retour à la balle en laine et poils sur ordre du roi Louis XI en 1481 car trop douloureux en cuir ! Le filet aussi est apparu, pour séparer les deux joueurs. Ils avaient le droit de prendre la balle au rebond sur les murs.

Il y avait deux sortes de jeux de paume :

– la longue paume (en plein air)

– la courte paume (en salle) ; à cette époque on appelait cette salle « un tripot »….ce qui est amusant c’est que maintenant un tripot, cela veut dire un endroit mal fréquenté, une salle de jeux d’argent -dés, cartes…-.

Ce jeu était pratiqué, au début, surtout par les étudiants et à partir du XIVème siècle, il est reconnu par la Noblesse et le reste de la population française. Peut-être même un peu trop populaire. Hommes, femmes, enfants se mettent à jouer à ce jeu…c’est la folie, et même les écclésiatiques. A tel point que le prévôt (maire) de Paris en 1397 interdit la pratique de ce jeu sauf le dimanche ! La raison était que l’intérêt trop grand pour ce jeu troublait l’ordre public et que le petit peuple oubliait un peu trop ses devoirs et sa famille. Mais l’interdit ne servait à rien…les gens jouaient toujours autant à ce jeu. D’autres gagnaient de l’argent en organisant des paris.

Les gens de toutes classes sociales jouaient partout où ils le pouvaient, sur les places de village, dans les cours d’auberge, sur les champs de foire, dans les fossés à sec des fortifications… Presque tous les châteaux possédaient leur salle de jeu de paume.

Au XVIème ce jeu est tellement populaire que les femmes retiennent leurs cheveux dans un filet, cette coiffure s’appelle : « la coiffure à la raquette ».

Salle du Jeu de Paume actuellement (Versailles)

Les rois aussi sont conquis par ce jeu à partir du XVIème siècle comme François 1er, Henri II, Charles IX, Henri IV.

Au XVIème siècle, il y a plus de 200 salles de jeu de paume à PARIS. Un siècle plus tard, il n’en reste qu’une centaine.

Progressivement, ces endroits vont servir de salles de spectacles ou de salles de réunions. Molière ou Corneille par exemple vont y donner des représentations. J’ai oublié de dire que ces salles, qui mesuraient 30m x 10m, avaient des galeries sur les côtés pour le public (qui était protégé par un filet) – comme sur l’assiette en photo au-dessus. Idéal pour jouer un spectacle.

Les comédiens vont être appelés alors « les enfants de la balle« . Cette expression est toujours courante de nos jours. Lorsque l’on parle d’un artiste en disant de lui que c’est un enfant de la balle, cela veut dire qu’il a baigné depuis son enfance dans le milieu artistique.

Il y a plusieurs autres expressions qui sont toujours utilisées et dont je donne la signification dans le sujet de ce blog « expressions populaires » avec des exemples pour pouvoir bien les utiliser dans la conversation.

avoir l’avantage (prendre l’avantage)

– épater la galerie

– peloter

– prendre (saisir) la balle au bond

– qui va à la chasse perd sa place

– rester sur le carreau

– tennis (tenetz ou tenez)

Dans les moments troublés de la Révolution française, il ne reste qu’une douzaine de salles sur PARIS seulement. Il faut dire que l’engouement pour ce sport est un peu retombé et les français ont bien d’autres tracas à cette période brûlante de notre histoire. Ces salles sont donc utilisées pour des rencontres politiques. Une salle est particulièrement connue (même si les français ont oublié ce qu’était le « jeu de paume » ils ont déjà entendu parler du « Serment du Jeu de Paume« ). Ci-dessous, une ébauche du peintre DAVID.

David « Le serment du Jeu de Paume » (peint en 1791)

C’est un moment très important dans notre histoire de France, qui se passe un mois avant le début de la Révolution française (le 20 Juin 1789 – la révolution française « commence » un mois après, le 14 Juillet 1789 avec la prise de la Bastille). Les 578 députés du Tiers Etat (les représentants du peuple) font le serment de ne pas se séparer sans avoir élaborer une constitution. Ce serment a une grande portée symbolique (pas juridique).

Mais revenons au jeu lui-même.

Bien vite, le jeu passe les frontières de la France pour conquérir le monde.

En 1876, il apparaît aux Etats-Unis grâce à Mary Ewing Outerbrige qu’elle va appeler le « Court tennis ».

En Australie, il est appelé le « Royal tennis » ou le « Real tennis ».

Les anglais accueillent ce jeu dès le XVIème siècle « Court tennis ». Ils vont inventer vers 1850 le « jeu de rackets ». Il se joue à plusieurs contre un mur avec des raquettes et une balle en cuir qui rebondit bien. Popularité d’un jeu qui va durer une dizaine d’années seulement.

On ne commence à parler réellement de Tennis que le 23 février 1874 grâce au Major Walter Clapton Wingfield qui fait breveter son jeu sous le 1er nom de « sphairistiké », puis sous le nom plus facile de Lawn-tennis (jeu de paume sur gazon).

Le tennis est né. Le mot tennis vient de l’époque du jeu de paume en France où les gens avaient coutume de dire en jouant « tenetz » ou « tenez ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.