Histoires drôles - quiproquos - jeux de mots - expressions

Histoires drôles – jeux de mots – quiproquos – expressions

Il est plus facile de se laver les dents dans un verre à pied que de se laver les pieds dans un verre à dents.

Une femme demande à une amie mariée à un bûcheron :
– Et ton mari, il travaille toujours autant ?
– Oh, tu sais comment il est, bouleau, bouleau, bouleau.

Explication
« Un bouleau » c’est un arbre et « un boulot » c’est un mot familier pour dire « un travail ».

Le médecin à sa patiente :
– Je suis désolé, mais les résultats de vos examens ne sont pas bons du tout.
– Oh, je m’en doutais, je n’ai vraiment pas eu le temps de bien réviser !


Explication
Un examen médical n’est pas la même chose qu’un examen à l’école ou au lycée comme le baccalauréat par exemple.

Un fou va à la bibliothèque de l’asile :
– Je voudrais lire un livre mais pas trop long.
– Quel auteur ?
– 20 centimètres s’il vous plaît.


Explication
Ne pas confondre auteur et hauteur !

Que peut-on faire la nuit pour éviter les moustiques ?
Réponse : Il faut dormir avec un mousquetaire


Explication
Un mousquetaire c’était un militaire, les mousquetaires du roi au XVII et XVIIIe siècles (17 et 18e siècle) et une moustiquaire c’est un voile qui entoure le lit et évite ainsi la piqûre des moustiques.

À la maternité un nouveau père, inquiet, demande à la sage-femme :
– Trouvez-vous que mon fils me ressemble ?
– Oui, mais ce n’est pas grave, l’essentiel est qu’il soit en bonne santé !

– Léo ! Tu es encore devant l’ordinateur !
– Mais maman, j’ai essayé de me mettre derrière mais on voit moins bien !

Un homme s’énerve à la mairie :
– Mais enfin, madame, voilà une demi-heure que je suis devant votre guichet !
– Et alors ? Moi, ça fait 15 ans que je suis derrière !

– Que fais-tu demain ?
– Comme tous les dimanches, pour moi, c’est jogging.
– Ah ! Mais je ne savais pas que tu courais c’est super !
– Non, je ne cours pas, je mets un jogging.

Un fou va à la bibliothèque de l’asile :
– Je voudrais lire un livre mais pas trop long.
– Quel auteur ?
– 20 centimètres s’il vous plaît.


Explication
Ne pas confondre ces homonymes « auteur » et « hauteur »

– Tu as vu la photo de ma fiancée ? Elle est belle non ?
– Tu devrais voir ma femme !
– Pourquoi ? Elle est belle ?
– Elle est ophtalmo !


Précision
On dit plus souvent « ophtalmo » que « ophtalmologue » ou « ophtalmologiste » – ces deux derniers mots ont le même sens et désigne le médecin spécialisé dans les maladies et anomalies de l’oeil.

Le directeur de l’hôpital convoque l’infirmier en chef pour le blâmer :
– J’ai appris que vous aviez dit au malade de la chambre 19 qu’on allait lui couper les deux jambes. Vous croyez que ce sont des choses à dire à un patient ?
– Oh, c’était juste une blague pour le faire marcher !

Explication
« Faire marcher quelqu’un » c’est tromper quelqu’un par taquinerie sans que la personne s’en rende compte.
Exemple :
– Je suis désolé, j’ai voulu emprunter ta voiture ce matin et j’ai eu un accident. Rien de grave, moi ça va mais c’est la voiture qui est très abîmée.
– Comment ça ?! Ma voiture est abîmée ?!
– Mais non, ce n’est pas vrai, c’était juste pour te faire marcher !

Le directeur de l’hôpital convoque l’infirmier en chef pour le blâmer :
– J’ai appris que vous aviez dit au malade de la chambre 19 qu’on allait lui couper les deux jambes. Vous croyez que ce sont des choses à dire à un patient ?
– Oh, c’était juste une blague pour le faire marcher !


Explication
« Faire marcher quelqu’un » c’est tromper quelqu’un par taquinerie sans que la personne s’en rende compte.
Exemple :
– Je suis désolé, j’ai voulu emprunter ta voiture ce matin et j’ai eu un accident. Rien de grave, moi ça va mais c’est la voiture qui est très abîmée.
– Comment ça ? Ma voiture est abîmée ?
– Mais non, ce n’est pas vrai, c’était juste pour te faire marcher!

Dans un verger, une poire un peu blette se sent défaillir.
– Oh, pourvu que je ne tombe pas dans les pommes !

Explication
« tomber dans les pommes » = s’évanouir

À l’hôpital, un homme et sa femme :
– Dans toutes les épreuves, tu étais là. Quand j’ai été licencié, tu étais là…
– Oui.
– Quand notre maison a brûlé, tu étais là…
– Oui.
– Quand j’ai eu mon accident, tu étais là…
– Oui.
– Je crois que tu me portes la poisse !

Explication
« Porter la poisse » est une expression populaire signifiant « porter malheur ».

Un éditeur appelle un écrivain :
– Bonjour, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.
– Commencez par la bonne…
– Hachette a adoré votre livre et l’a littéralement dévoré.
– Et la mauvaise nouvelle ?
– Hachette, c’est le nom de mon chien.


Explication
Le groupe Hachette est une maison d’édition.

« Dévorer un livre » est une métaphore. On fait un rapprochement avec une personne qui mangerait un plat avec plaisir et très rapidement. Quand on dévore un livre, on ne lève pas le bout du nez et on prend plaisir à connaître la suite de l’histoire jusqu’à la fin.

Un fakir appelle un autre fakir :
-Salut, tu viens à la fête des fakirs, ce soir ?
-Je ne pourrai pas, je suis cloué au lit !

(Expression : « être cloué au lit » quand on a une grippe qui nous empêche de nous lever à cause des courbatures et toute autre maladie qui nous tient allongé)

Un jeune garçon discute avec son père agriculteur :
-Papa, moi plus tard, j’ai envie d’être acteur !
-Ben, mon p’tiot ! T’as de la chance ! Parce que dans le métier, y en a plein des tracteurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.