Archives par mot-clé : paris

La Tour Eiffel

Retour à la page “Paris intra-muros”

Dans cet article :
Pourquoi la Tour Eiffel a-t-elle été construite ?
La Tour Eiffel en chiffres
Quelques dates clés de l’histoire de la Tour Eiffel
Pétition des artistes et écrivains en 1887 vivement opposés à 
…..l’édification de la tour (Baudelaire, Verlaine, Maupassant…)
Que trouve-t-on sur la Tour Eiffel ?

POURQUOI LA TOUR EIFFEL A-T-ELLE ÉTÉ CONSTRUITE ?

 
Audio 1 Tour Eiffel

La Tour Eiffel a été construite pour l’exposition universelle qui se tenait à Paris du 6 mai au 31 octobre 1889 et qui commémorait le centenaire de la Révolution française.

QUELQUES PROJETS DE HAUTES CONSTRUCTIONS PEU CONCLUANTS AUPARAVANT DANS LE MONDE

En 1833, un ingénieur anglais nommé Richard Trevithick proposa d’ériger une colonne en fonte de 1000 pieds de haut soit 304,80 m exactement, avec 30 m à la base et 3,60 m au sommet. Ce projet n’a pas été étudié profondément (sans doute à cause de la mort prématurée de son concepteur).

En 1874, pour l’exposition de Philadelphie en “Amérique”, deux américains Clarke et Reeves eurent l’idée d’un cylindre de fer de mille pieds de haut, 9 mètres de diamètres avec des haubans tout autour rattachés à la base de 45 mètres. Manque d’audace ou manque d’argent ? Le projet ne se réalisa pas !

En 1881, l’ingénieur Sébillot revint d'”Amérique” avec le dessin d’une tour en fer de 300 m de haut avec un foyer électrique tout en haut pour éclairer Paris. Projet mis de côté. Ensuite les ingénieurs Bourdais et Sébillot ensemble réfléchirent à une tour en maçonnerie appelée “la colonne Soleil” , “la Tour Soleil” – maçonnerie et fer : trop lourd ! – (problèmes déjà rencontrés avec le Washington Monument). Dossier classé sans suite.

Plan Tour EiffelPuis en 1884, deux ingénieurs français, Emile Nouguier et Maurice Koechlin,  du cabinet d’études de Gustave Eiffel eurent l’idée innovante de l’édification d’une tour géante en fer. Gustave Eiffel racheta les brevets et il remporta très facilement le concours ouvert à l’occasion de l’exposition universelle de 1889.

← Le Viaduc de Garabit (à gauche), région d’Auvergne, département du Cantal (15)
  ← La Statue de la Liberté (à droite) à New-York 

Gustave Eiffel, avant l’exposition universelle, était déjà célèbre pour la réalisation du Viaduc de Garabit dans la région d’Auvergne et pour l’édification du squelette en fer de la Statue de la Liberté dans le port de New-York aux États-Unis.

Continuer la lecture de La Tour Eiffel

Il y a un peu plus de 100 ans, en Janvier 1910, Paris était inondé !

Retour à la page “Paris intra-muros”

La crue de la Seine en 1910 – En bleu clair les débordements du fleuve
Les numéros se rapportent aux arrondissements de Paris

Les précipitations (pluie ou neige) abondantes pendant plusieurs semaines, en décembre 1909 et Janvier 1910 ont fait que la Seine est sortie de son lit et a inondé plus de la moitié de la ville de Paris ainsi que les autres villes du bassin de la Seine.

.

On parle de la crue centennale (cent ans) mais en fait cela faisait plus de 250 ans que Paris n’avait pas vécu cela. La dernière crue mémorable de la Seine remonte au mois de février 1658 avec 8,81 m. La plus grand crue que l’on ait pu enregistrer.

.

La crue de 1910 à Paris a commencé le 18 janvier pour atteindre son point culminant le 28 janvier à 8,62 m. La décrue a duré 35 jours.« L’instrument » populaire utile aux badauds parisiens pour connaître les variations de la Seine est la statue du « zouave du pont de l’Alma ». Au maximum de la crue de 1910, le zouave avait les épaules dans l’eau.

.

En plus des inondations, le froid et la neige se sont rajoutés en ce mois de Janvier 1910.
Sur Paris
20 000 immeubles inondés
1 000 maisons évacuées de leurs habitants
Sur la région parisienne
30 000 maisons détruites (ou presque)
150 000 sinistrés
En tout, les dommages ont été estimés à 400 millions de francs or (énorme !)
Car Paris paralysé n’avait plus de trains, plus de métros, plus d’usines…

“Nuit Blanche” à Paris au mois d’octobre

>> Retour vers la page “Les habitudes et repères  dans l’année”

C’est en 2002 que les “Nuits Blanches” de Paris ont vu le jour, soutenu par Bertrand Delanoë  le maire de Paris (sur une idée de son adjoint Christophe Girard). C’est une manifestation qui se déroule tous les ans au début du mois d’octobre pendant une seule nuit de  19 h à 7 h le matin. Le but étant d’intégrer l’art contemporain à l’espace urbain et par là-même de le rendre accessible à tous les publics.

Site paris.fr

Cliquez sur la photo ci-dessous si vous voulez connaître les manifestations à Paris pendant ces Nuits Blanches depuis 2002.

 

Le 8 mai – commémoration – jour férié en France

>> Retour vers la page “Les habitudes et repères  dans l’année”


Les Allemands capitulent en 1945                                                                  Paris et la France entière est en fête !

Tous les 8 mai, nous fêtons la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, le 8 mai 1945,  la fin de la seconde guerre mondiale en Europe.

Comme chaque année depuis 1953, le lundi 8 mai est un jour férié (non travaillé) pour les Français.

Une cérémonie se déroule tous les ans en présence du Chef de l’Etat Français. Elle se déroule généralement sous l’Arc de Triomphe, où se trouve le monument aux morts et la flamme du souvenir.

CYCLISME – PARIS-ROUBAIX : l’enfer du Nord

>> Retour vers la page “Les habitudes et repères  dans l’année”

Quand il pleut c’est vraiment l’enfer  sur les portions de routes pavées comme ci-dessus la Trouée d’Arenberg  (24000 mètres mais durs !) ou bien au  travers des champs de betteraves !

CYCLISME

PARIS-ROUBAIX est une des courses cyclistes les plus vieilles qui existent.

Le PARIS-ROUBAIX ou “L’ENFER DU NORD” (letour.fr)

Cette course est aussi appelée “La reine des classiques”, “la petite reine” (autre nom du vélo chez les cyclistes). Cette course existe depuis 1896. Elle se produit chaque année depuis 1896 (interrompue  par les deux guerres mondiales).

259 km de Paris (Compiègne) au vélodrome de Roubaix – 53 km de routes pavées

Les journalistes sportifs appellent cette course “l’enfer du nord” car les coureurs cyclistes doivent rouler à plusieurs reprises sur des routes pavées (en tout : 53 km – et 28 sections pavées), et aussi sur des chemins entre les champs de betteraves, les uns derrière les autres (en file indienne). Quand il pleut, la boue complique énormément les choses !

La course se termine sur le vélodrome de Roubaix dont la création remonte au début de la course en 1896. Il a quand même subi des transformations depuis !!

Le cycliste vainqueur du PARIS-ROUBAIX reçoit un pavé symbolique (et sans doute autre chose !)

Cette course est internationale.